Lectures

Gardiens des cités perdues, tome 1

29 mars 2019

« Dex l’évita comme la peste le restant de la journée, ce qui n’était pas plus mal. Elle ne lui adresserait plus la parole tant qu’il ne lui aurait pas présenté des excuses sincères. Peut-être même des supplications. Avec un cadeau. » Extrait du livre, page 395.

RÉSUMÉ | Sophie sait qu’elle n’est pas comme tout le monde : depuis toujours, elle entend les pensées des gens autour d’elle. Un matin, un étrange garçon l’aborde et lui apprend qu’elle n’est pas humaine. Elle doit rejoindre l’univers qu’elle a quitté douze ans plus tôt. De retour parmi les siens, une question l’obsède : pourquoi l’a-t-on cachée si longtemps dans le monde des humains ?

MON AVIS | La comparaison entre l’univers créé par Shannon Messenger et celui imaginé par J.K. Rowling a souvent été utilisée. En ce qui me concerne, je dois avouer que je n’ai pas vu de vraies ressemblances. Grosso modo, dans Gardiens des cités perdues, on a une enfant qui a toujours vécu une existence plus ou moins normale et qui, un beau matin, finit par découvrir un monde totalement nouveau et fantastique. Voilà, ça s’arrête là.

Ici nous faisons la connaissance de Sophie, une jeune fille de douze ans qui se trouve déjà en classe de terminale. Dotée d’une mémoire photographique qui lui a permis d’être en avance sur les autres, elle n’arrive pas à se faire d’amis et est souvent mise à l’écart, voire jugée. Personne ne cherche vraiment à la comprendre et elle se sent incroyablement délaissée. Seulement, ce n’est pas tout, puisque notre héroïne a également un lourd secret qu’elle essaie tant bien que mal de cacher. En effet, elle arrive à entendre les pensées des personnes qui l’entourent. Un jour, son chemin croisera celui de Fitz, un étrange garçon qui va lui affirmer une chose : elle n’est pas humaine. À partir de cet instant, sa vie sera complètement chamboulée.

J’ai été emportée par l’histoire et la plume de l’autrice. C’était captivant, incroyable, détaillé, bien écrit, fluide, rapide à lire, les pages défilaient à une vitesse folle, bref, vous l’avez compris, j’ai adoré découvrir ce tome. Je n’ai même pas ressenti la moindre longueur au travers de ces (presque) 500 pages. Fait rare que je tenais à souligner ! Shannon Messenger a su m’envoûter dès les premiers mots posés, et j’ai trouvé que son récit se détachait vraiment de tout ceux que j’ai pu lire auparavant. C’est une œuvre unique en son genre, qui déborde de potentiel, et dont les critiques positives sont totalement justifiées

En ce qui concerne les nombreux protagonistes, il faut savoir que j’ai aimé la plupart d’entre eux. Leurs sentiments se ressentent, c’est prenant, et ils n’en sont que plus séduisants. Sophie, pour commencer, m’a donné du fil à retordre au tout début. J’ai eu peur de ne pas réussir à m’y attacher à cause de son jeune âge. Fort heureusement, j’ai vite réalisé que ce détail n’était pas un frein. Elle est touchante, courageuse, sincère, mature, et mieux encore, elle a su m’émouvoir. Alors, quand il lui arrivait quelque chose de pas très joyeux, ça me faisait de la peine. Quand je l’ai vue se faire repousser par les personnes auxquelles elle s’accrochait désespérément, ça m’a brisé le cœur. J’ai eu beaucoup d’empathie pour cette petite demoiselle qui ne demandait qu’à être aimée.. Ses compagnons, aussi, sont particulièrement intéressants à suivre. Fitz, Dex, Keefe, il y en a pour tous les goûts. Mais les adultes ne sont pas en reste, puisque eux aussi ont attisé ma curiosité.

Ce n’est qu’un premier tome, alors je m’en doute, il est plus « introductif » qu’autre chose. Néanmoins, ça s’est révélé efficace : j’en redemande ! J’ai hâte de me procurer le volume suivant et de retrouver Sophie et sa bande. En attendant que ce jour n’arrive, n’hésitez pas à me donner votre avis sur ce livre !

Nombre de pages : 496 | Éditeur : Pocket Jeunesse | Ma note : 4,75/5

Date de sortie : 16.02.2017 | Prix : 7,90 €

________________________________________

Connaissez-vous cette œuvre ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ? Dans le cas contraire, êtes-vous intéressés ?

vous aimerez peut-être

Pas de commentaire

Laisser un commentaire