Lectures

Les saisons de la tempête, tome 1

7 mai 2021

« Arrivée à un certain point, chaque Saison sait qu’il est temps de disparaître. C’est pour cela que la neige fond et que les océans se refroidissent. C’est pour cela que les feuilles tombent et que les fleurs se fanent. Parce qu’après un certain temps, nous ne sommes plus assez forts pour continuer. À la fin, nous partons tous. Mais ça ne signifie pas que nous nous en allons paisiblement. » Extrait du livre, page 473.

RÉSUMÉ | Lors d’une froide et longue nuit, Jack Sommers a été confronté à un choix : vivre pour toujours selon les anciennes règles magiques de Gaïa, ou mourir. Jack a choisi de vivre, et en échange, il est devenu un Hiver — une incarnation physique de la saison sur Terre. Chaque année, il doit chasser la Saison qui le précède. L’Été tue le Printemps. L’Automne tue l’Été. L’Hiver tue l’Automne. Et le Printemps tue l’Hiver. Le tout est régi par un macabre classement qui donne droit à des promotions ou à une Annihilation totale. Mais contre toute attente, Jack tome amoureux de Fleur, la Printemps chargée de l’éliminer. Pour être ensemble, ils vont devoir s’échapper du terrible cycle meurtrier dans lequel ils sont prisonniers. Mais leur créateur ne les laissera pas partir si facilement..

MON AVIS | Je fais partie de ces personnes qui craquent souvent pour un beau visuel — même si, parfois, le synopsis me conforte dans ma décision. Alors, dès l’instant où les éditions De Saxus ont dévoilé la couverture et le résumé des saisons de la tempête, j’ai voulu en savoir plus. Ou plutôt, je ne pouvais pas passer à côté de leur première sortie de l’année. C’est donc avec la plus grande des impatiences que je me suis lancée dans cette lecture.

Jack, Fleur, Julio et Amber sont les incarnations physiques de l’hiver, du printemps, de l’été et de l’automne. Pour que les changements de saisons puissent se faire, ils doivent se traquer et se tuer à tour de rôle. Ce cycle se répète inlassablement depuis qu’ils ont accepté, au moment où leurs existences d’humains ont pris fin, de conclure un pacte avec Gaïa et de vivre selon ses règles. Depuis, le temps n’a plus d’effet sur eux, ils ont arrêté de vieillir et on leur a ôté toute forme de liberté puisque leurs pensées doivent se tourner vers une unique chose : la chasse. Un jour, Jack réalise qu’il en a assez. Assez du classement imposé par ses supérieurs, assez de la concurrence, assez de ce qu’il est devenu. Assez des quelques moments volés passés avec Fleur, sa saison dominante, qu’il aime profondément. Dès lors, il va tout faire pour s’échapper de sa prison.

Qu’on se le dise : c’était une lecture particulière — dans le bon sens du terme. J’ai beaucoup aimé découvrir cet univers si complexe avec sa richesse, son concept singulier, son intrigue littéralement captivante, ainsi que son côté science-fiction. De la même manière, l’autrice a eu l’idée d’ajouter une touche de mythologie (Chronos, Gaïa) et j’ai aimé la façon dont ça a été amené. Les saisons de la tempête est une histoire originale et palpitante qui mêle magie, romance, course-poursuite, amitié, courage et action.

Pour ce qui est des personnages, je dois dire que je suis perplexe. L’histoire tourne autour de Jack et Fleur principalement, mais Julio et Amber sont également de la partie. Je m’attendais donc à avoir leur point de vue, malheureusement, ça n’a pas été le cas. Comme beaucoup, je ne comprends pas ce choix de l’autrice. Ce détail mis à part, j’ai pris plaisir à les suivre dans leur quête de liberté — même s’ils manquaient parfois de relief, voire de profondeur. Pour autant, ma préférence est allée droit vers le protagoniste principal, parce qu’il n’est pas comme les autres héros : fougueux, bien décidé à changer le monde. Au contraire, lui ne souhaite qu’une chose : s’enfuir et s’assurer que ses amis sont en sécurité (bon d’accord ça fait deux).

Pour toutes ces raisons, j’ai adoré ma lecture — malgré quelques petits bémols (je pense notamment à la plume/traduction qui m’a étonnée parce qu’à certains moments, j’ai eu la sensation que le texte était confus, brouillon, désordonné). Certaines choses auraient mérité un développement plus poussé mais dans l’ensemble, je suis satisfaite. Merci aux éditions De Saxus pour l’envoi de ce livre et pour la confiance qui m’a été accordée.

Œuvre écrite par : Elle Cosimano.

Nombre de pages : 512 | Éditeur : De Saxus | Date de sortie : 25 mars 2021 | Prix : 18,90 €

________________________________________

Connaissez-vous cette œuvre ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ? Dans le cas contraire, êtes-vous intéressés ?

vous aimerez peut-être

Pas de commentaire

Laisser un commentaire