Lectures

Le peuple de l’air, tome 1 | le prince cruel

24 mai 2021

« Ce que je ressens, c’est un état de nervosité inconnu, imprégné d’adrénaline. On dirait que j’ai franchi un cap. Avant, j’ignorais jusqu’où je serais prête à aller. Maintenant, je crois avoir la réponse : j’irai aussi loin qu’il le faut. J’irai trop loin. » Extrait du livre, page 313.

RÉSUMÉ | Enlevée au monde des mortels lorsqu’elle n’était qu’une enfant, Jude vit parmi les Fæs, des créatures sublimes, immortelles.. et cruelles. Mais être humaine à Terrafæ est un défi incessant. Et savoir manier l’épée, maîtriser les usages, se protéger des sortilèges, tout cela ne suffit pas. D’autant que Jude s’est fait un ennemi de choix : le Prince Cardan, un des héritiers de la couronne. Pour gagner sa place à la cour, appartenir vraiment à cette terre de magie, Jude doit le défier, quelles qu’en soient les conséquences.

MON AVIS | Je ne vais pas me faire des amis avec cette chronique mais peu importe, quand faut y aller, faut y aller : sérieusement, c’est quoi cette hype autour du prince cruel ? Je n’irais pas jusqu’à dire que j’ai détesté ma lecture, parce que c’est faux. Pour autant, j’ai été déçue — et pas qu’un peu. On nous promet une histoire qui mêle complots à la cour et alliances dans un univers sombre, voire cruel. Certes, on y a droit, néanmoins, j’ai eu l’impression de me retrouver face à une œuvre dont le potentiel n’était pas totalement exploité (pour ne pas dire « bâclé »).

Le roman s’ouvre sur une scène particulièrement violente : les parents de Jude se font sauvagement assassiner, devant ses yeux d’enfant. À partir de là, je m’attendais (au moins en partie) à une histoire de vengeance. Et pas du tout. Le meurtrier, qui était autrefois l’amant de la mère, décide de les adopter kidnapper, ses sœurs et elle, et de les emmener dans son monde, où règne la magie. Le temps va passer et elles vont s’attacher à l’homme, sans être traumatisées. Bref, en l’espace de deux chapitres à peine, tu sens que quelque chose cloche.

Parlons maintenant des protagonistes. Jude, pour commencer, est une psychopathe qui ne pense qu’à sa propre petite personne et qui est victime du syndrome de Stockholm. Belle brochette pour une héroïne, n’est-ce pas ? Accrochez-vous, ce n’est que le début. Il y a des choses que je ne peux pas développer au risque de spoiler, mais bon sang, je l’ai trouvée tellement fade, tellement incompréhensible par moments, tellement insupportable. Aussi, certaines de ses pensées/actions manquaient de crédibilité, et c’est dommage. Passons maintenant à Cardan. Il harcèle Jude, la brutalise, l’effraie, tout ça parce qu’il est attiré par elle, une « humaine inférieure » ? Si quelqu’un vous traite comme ça, fuyez : ce n’est pas de l’amour et ça ne débouchera jamais sur une relation saine. De plus, il n’a rien d’un pauvre chiot ou d’une âme torturée parce que sa vie privée est horrible. S’il déverse sa colère et sa haine sur les autres, c’est qu’il a un problème, point. Il n’y a rien à pardonner. Pour ce qui est des autres, disons qu’ils ne relèvent pas vraiment le niveau. Mention spéciale à Taryn, que j’aurais noyée si j’avais pu (pitié, c’était trop gros).

En ce qui concerne l’intrigue et la construction de l’univers, je dois dire que je suis mitigée. J’ai ressenti un fort potentiel, néanmoins, le tout manquait cruellement de développement. À mon sens, ça a été survolé et l’autrice a préféré se focaliser sur la « relation » entre Jude et Cardan. Concrètement, la seule partie réellement passionnante concernait l’aspect politique. Quant à la fin, sérieusement, je l’ai vue venir à des kilomètres. C’était tellement prévisible, je ne comprends pas. Peut-être que je lis trop de romans, qui sait..

À cause des retours incroyablement enthousiastes et positifs sur lesquels je suis tombée en flânant sur la sphère littéraire, j’étais sûre d’aimer ce bouquin. Et vraiment, c’était ce que je voulais. Malheureusement, ça ne l’a pas fait et c’est un flop. Pour autant, la plume était incroyablement fluide, le rythme était addictif et je pense (traduction = j’espère) que Cardan va évoluer dans le second tome. Je vais donc me le procurer et continuer la saga. Sait-on jamais, un miracle.

Œuvre écrite par : Holly Black.

Nombre de pages : 544 | Éditeur : Rageot | Date de sortie : 22 avril 2020 | Prix : 18,90 €

________________________________________

Connaissez-vous cette œuvre ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ? Dans le cas contraire, êtes-vous intéressés ?

vous aimerez peut-être

Pas de commentaire

Laisser un commentaire