Lectures

Un peu plus près des étoiles

4 octobre 2019

« Je me demande parfois comment il avait fait pour être aussi aveugle. Il ne devait pas faire attention à elle. Il ne l’aimait peut-être pas autant qu’il le disait. C’était un amour en carton. Un amour qui n’avait rien pu sauver. Un amour raté. Qui ne méritait même pas qu’on en parle. » Extrait du livre, page 34.

RÉSUMÉ | La fille qui se trouvait en face de moi n’avait plus de visage. Mon père m’avait prévenu : « Si tu rencontres les patients, tu ne fais pas de commentaires. Tu risques d’être surpris, mais surtout tu ne montres rien à ces pauvres gens. Ils ont déjà tellement souffert. Tu vas en croiser pas mal, ici, des abîmés et il y a même un secteur pour les enfants et les ados. » – Hé, cache ta joie, Machin. C’est super romantique, comme rencontre. Manque plus que les violons, non ?

MON AVIS | Cette histoire est celle de Rémi, un adolescent âgé de quatorze ans tout juste, bientôt quinze, qui a passé sa vie à déménager. Il est incollable en géographie et a habité dans de nombreux endroits, bien différents les uns des autres. Son père est médecin généraliste et depuis dix longues années, on fait appel à lui quand un docteur doit s’absenter ou ne peut pas assurer son travail. Le quotidien de ce duo père – fils consiste donc à se déplacer continuellement. Rémi vit très mal cette situation, il est trimbalé de droite à gauche et ne reste jamais assez longtemps à un endroit pour se faire des amis. Ou alors, il arrive en cours d’année scolaire et les bandes sont déjà formées. Quoi qu’il en soit, quand son géniteur lui annonce qu’ils vont bouger une énième fois, c’est la goutte de trop. Il n’en peut littéralement plus de cette instabilité et ne rêve que d’une chose : un quotidien tranquille. Mais Rémi est mineur et n’a pas son mot à dire face à son tuteur légal. Ils quittent donc leur actuelle région pour aller se perdre bien plus loin, dans le Jura précisément, et vivre dans le centre hospitalier dans lequel le père du jeune garçon va travailler. Et, alors que notre héros pensait faire sa vie dans son coin comme d’habitude tout en étant invisible pour les autres, cette dernière va prendre un tournant inattendu.

Rémi est, vous vous en doutez, le personnage principal du récit. Jusque-là il n’a pas eu une vie facile, les échanges avec son père sont limités, sa mère est absente, il n’a pas de repères stables et son enfance se réduit à un drame qui a tout bouleversé. On peut le dire, mais ce moment précis marque le point de départ d’une existence pleine de non-dits. Comme il n’a pas le choix, il va se retrouver dans un nouvel hôpital, à vivre avec son père qui y a trouvé un travail. Rémi a donc des grands brûlés, des accidentés, des amputés, des gens qui viennent de subir une opération réparatrice comme voisins et, alors qu’il regarde le monde avancer sans lui depuis sa fenêtre, il va apercevoir un groupe de sept jeunes et enfants, filles et garçons. Frustré, intrigué, il va décider d’aller les voir.. plus ou moins subtilement. Ainsi, il fera la rencontre d’Adonis, de Clotilde, de Pascal, de Millie, de Zoé, de Maxime et de Sara, qu’il a déjà croisée par hasard devant le self du centre et qui possède un franc-parler à toute épreuve. Ce sont tous des blessés graves, des écorchés de la vie que rien, pas même les accidents ou les maladies n’ont épargnés. Si la première impression que notre héros a donnée à chacune de ces personnes est loin d’être glorieuse, il va finalement se rattraper. Et, tous ensemble, ils vont former un groupe lié.

J’ai beaucoup aimé cette histoire. Je ne m’attendais à rien avant de la commencer, peut-être est-ce pour cette raison que j’ai été étonnée, en bien. Grâce à ce roman, j’ai pu sortir des sentiers battus et découvrir un genre vers lequel je n’ai pas forcément l’habitude de me tourner. Et c’était bon. Triste, happant, bouleversant, et tellement bon. Cependant, la fin ne m’a convaincue qu’à moitié, et même si ça se termine d’une façon que je valide, quand j’ai tourné la page, je m’attendais à voir un autre chapitre. Aussi, j’aurais aimé un développement plus poussé sur les protagonistes, leur passé et leur futur. Malgré ces points, je recommande cette œuvre sans hésiter à celles et ceux qui chercheraient quelque chose de poignant et touchant. Merci à Page Turners pour l’envoi de ce livre et pour la confiance qui m’a été accordée. ♥

Nombre de pages : 256 | Éditeur : Bayard | Ma note : 3,75/5.

Date de sortie : 18.09.2019 | Prix : 14,90 €

________________________________________

Connaissez-vous cette œuvre ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ? Dans le cas contraire, êtes-vous intéressés ?

________________________________________

Sélection divertissement sur Inspilia – vendredi 04 octobre 2019.

vous aimerez peut-être

Pas de commentaire

Laisser un commentaire