Lectures Mangas

The gentlemen’s alliance cross, tome 1

22 septembre 2019

« Alors, tu n’as qu’à tomber amoureux de moi. Puisque tu es fatigué d’être la cible du regard des autres, contente-toi de me regarder, moi. Si tu ne peux pas révéler tes faiblesses, montre-les moi. Je veux en apprendre davantage sur toi, Shizumasa, peu importe ce que se sera. C’est pourquoi.. ne prends pas cet air désabusé. » Extrait du livre, page 35.

RÉSUMÉ | Hainé a déjà connu un parcours difficile, blessée par les conditions de son adoption. Elle fréquente désormais la prestigieuse académie impériale et elle tombe sous le charme de Shizumasa, dit « l’empereur », l’élève le plus riche et le plus influent de l’école. Hainé aimerait tant se rapprocher de lui. Son rêve deviendra-t-il réalité ?

MON AVIS | Est enfin venu le moment que je redoutais par peur de ne pas trouver les bons mots. Aujourd’hui, je vais vous parler de mon shōjo – manga dont la cible éditoriale est le public féminin – papier préféré. Comme indiqué dans le titre de cet article, il s’agit du premier tome de The gentlemen’s alliance cross, une merveilleuse saga pas assez connue à mon goût. Nous faisons la connaissance de Hainé Otomiya, une jeune fille âgée de quinze ans tout juste qui étudie dans une école pour le moins particulière. En effet, cette dernière accueille des élèves venant de milieux plutôt aisés. Ils sont répartis en trois groupes et sont reconnaissables grâce à leurs badges, ou encore leurs tenues. Il y a le rang bronze, le plus bas de l’échelle ; puis le rang argent, qui donne des privilèges ; et enfin le rang or, attribué à une unique personne, le président du conseil. Hainé, qui se situe en bas de l’échelle (elle travaille au sein même de son établissement scolaire pour aider sa famille qui se trouve dans une situation financière instable), est éperdument amoureuse de l’inaccessible Shizumasa Tôgû, le plus influent de l’académie, autrement appelé « l’empereur ». Elle va d’ailleurs sauter sur toutes les occasions qui se présentent à elle afin de se rapprocher un peu plus de l’élu de son cœur.

Expliqué de cette manière, on pourrait s’attendre à tomber sur un manga niais. Une jolie fille que personne ne connaît, un beau garçon populaire, une école.. on ne peut pas faire plus cliché. Et pourtant ! Méfiez-vous, car cette histoire est bien plus complexe et compliquée que ce que le résumé de ce premier opus veut vous faire croire. Imaginée par Arina Tanemura – également connue pour des œuvres telles que Full moon wo sagashite, Princesse Sakura, Lovely fridays.. – elle est plus qu’originale. Au début on découvre les bases du récit, les protagonistes, tout se met en place petit à petit. Mais rapidement, on réalise qu’il y a quelque chose de plus profond, plus mystérieux, plus difficile à comprendre. On discerne un fort potentiel à travers la plume de la mangaka et, si on connaît déjà son talent, on devine aisément que cette saga cache de nombreuses choses. Le lecteur est intrigué, les pages défilent entre ses doigts sans qu’il ne s’en rende réellement compte et arrivé à la fin, il n’a qu’une hâte : en savoir plus au travers du tome suivant !

Parlons maintenant des personnages. Nous avons bien sûr Hainé Otomiya. Pétillante, forte, courageuse, attachante, c’est en réalité une jeune fille brisée qui cache un terrible secret. À l’âge de ses dix ans, et en un clin d’œil, elle a perdu tous ses repères et changé de famille. Les raisons de son adoption sont vaguement évoquées ici et de ce que l’on sait.. eh bien, croyez-moi, c’est atroce. Malgré ce traumatisme, elle garde la tête haute et reste souriante, quoi qu’il arrive. Nous avons également Shizumasa, un garçon qu’il n’est pas aisé de cerner. Froid, distant, étrange, au tempérament plutôt changeant, ce membre de l’élite est renfermé. On sent qu’il a des choses à dévoiler. Quant aux protagonistes secondaires, ils se composent de Ushio Amamiya, la meilleure (seule ?) amie de Hainé, qui est gentille avec elle mais glaciale avec tous les autres ; Kusame, le « frère » de l’héroïne ; Maora Ichinomiya, la trésorière du conseil ; Maguri Tsujimiya, le vice-président ; Tôya, un jeune homme au service de la famille Tôgû ; Senri, le professeur d’éducation sanitaire ; les hérétiques, un groupe de rebelles ; le facteur ainsi que le gardien de l’académie ; et tant d’autres encore. Tous sont intéressants malgré leurs rôles de figurants (pour l’instant). On découvre quelques facettes de leurs personnalités et on apprend à les connaître, doucement mais sûrement.

Ici, point de magie ou de touche fantastique. Malgré tout, cette histoire est loin de ressembler aux autres du genre. Le scénario, qui laisse présager une romance, met également en avant d’autres points. Le passé de Hainé et celui de Shizumasa, par exemple, semblent être importants pour la suite de la saga. Comme vous vous en doutez, j’ai beaucoup aimé ce manga, que j’ai découvert à sa sortie. C’est innovant, mignon comme tout, parfois triste, et le côté visuel du bouquin est également à complimenter. Les traits sont fins, délicats, c’est détaillé et agréable à regarder. Les expressions faciales sont bien faites, les émotions se dégagent facilement, de belles citations sont dispersées par-ci par-là, et on apprécie cette lecture. J’ai hâte de vous parler de la suite ! Sachez également qu’il y a onze tomes au total !

Nombre de pages : 192 | Éditeur : Kana | Ma note : 5/5 – coup de ♥

Date de sortie : 03.07.2009 | Prix : 6,85 €

________________________________________

Connaissez-vous cette œuvre ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ? Dans le cas contraire, êtes-vous intéressés ?

________________________________________

Sélection divertissement sur Inspilia – lundi 23 septembre 2019.

vous aimerez peut-être

Pas de commentaire

Laisser un commentaire