Lectures

Tant que vole la poussière

3 juillet 2020

« Je ne t’ai jamais détesté, avoua la jeune femme dans un léger soupir, comme si elle confessait une faute. Tu étais la noirceur, la mort ; il était la lumière, la vie. Vous étiez complémentaires, Peter et toi. Si séduisants, si terribles, si cruels et si différents. Deux facettes d’une même pièce. Je ne te hais pas plus que je le hais, lui.. » Extrait du livre, pages 119 et 120.

RÉSUMÉ Elle a grandi, est devenue mère, incapable d’affronter pleinement la réalité. Elle noie son mal-être dans l’opium. Il échappe aux affres du temps, se terre dans un quartier londonien sordide, rescapé de son excursion cauchemardesque dans le ventre du crocodile. Il attend son heure. Wendy Wild née Darling et le Capitaine James Hook.

Quand leurs chemins se croisent à nouveau, elle est dévastée par la disparition de sa fille et reste persuadée, envers et contre tous, que son enfant se trouve sur l’Île de Nulle Part. Lui est porté par sa haine, il ne vit que pour sa vengeance contre le Garçon Éternel.

Les deux anciens ennemis n’ont d’autre choix que de s’allier pour regagner le Pays Imaginaire. Mais ces terres prodigieuses ne sont plus telles qu’ils les ont connues : le chaos menace, le mal s’est enraciné dans les tréfonds du royaume de Peter Pan..

Le pirate déchu et la conteuse d’histoires déterminée parviendront-ils à surmonter leurs différences et leurs oppositions passées pour servir leurs intérêts communs ?

MON AVIS | Wendy Moira Angela Darling a bien grandi depuis sa dernière escapade sur l’Île de Nulle Part, il y a bien des années. Le temps a passé et elle est devenue parent avec Nicholas Wild, son mari maintenant décédé qui lui a été choisi par son père Georges. De leur union est née une adorable petite fille qu’ils ont décidé de prénommer Jane et qui, comme sa mère autrefois, déborde de tendresse et de fascination pour Peter Pan, le jeune garçon qui ne grandit plus et qui vole dans le ciel étoilé, entouré par des fées. Une semaine par an depuis déjà sept longues années, Wendy laisse la chair de sa chair découvrir et explorer le Pays Imaginaire aux côtés de celui qui a été son tout premier amour. Et à chaque fois, sa progéniture revient des étoiles plein les yeux. Oui mais voilà, nous sommes à présent le 9 juin 1933 et Jane n’a plus donné le moindre signe de vie depuis mars 1932. Dévastée et désespérée, Wendy cherche quelqu’un pour lui venir en aide. Malheureusement, ses frères Michael et John refusent de croire aux histoires qu’elle raconte, et les Enfants Perdus (Tootles, Nibs, Curly, les jumeaux, Slightly..), qui les ont suivis quand ils sont définitivement retournés à Londres, n’abordent jamais le sujet. C’est donc sans personne pour l’épauler qu’elle va se mettre en quête de réponses. Enfin, presque seule.. En effet, le destin va lui donner un petit coup de pouce et son chemin va rapidement croiser celui d’un ancien ennemi qu’elle n’est pas parvenue à oublier : le Capitaine James Hook.

Vous ne le savez peut-être pas mais j’aime beaucoup les contes de fées, et les histoires de Peter Pan (l’originale de J. M. Barrie comme la version plus gaie imaginée par Disney) ne dérogent pas à la règle. Ici, l’autrice nous livre une suite à mi-chemin entre les deux. D’un côté nous retrouvons le merveilleux qui a bercé notre enfance, d’un autre nous (re)découvrons la part sombre du personnage. Et croyez-moi, ce mélange est explosif. Pourtant, en ce qui me concerne, je dois dire que je suis assez mitigée. J’ai achevé ma lecture de ce bouquin il y a un petit moment et il m’a fallu plusieurs jours pour dresser ces quelques lignes. Je ne sais pas trop quoi penser, ou même quoi dire. En soi, l’idée et le fond sont ingénieux : nous avons la douce Wendy — qui ne l’est plus tant que ça — associée au Capitaine Hook / Crochet, et ce duo improbable fait des étincelles. Pourtant, et je le regrette profondément, j’ai eu du mal à retrouver l’univers du Pays Imaginaire que j’aime tant, et à reconnaître les protagonistes principaux qui ont bien changé.

Wendy n’est plus celle d’autrefois. Oubliez la jeune fille rêveuse, naïve et sage. Maintenant, nous sommes face à une femme de trente-deux ans qui noie son chagrin dans l’opium et qui est malheureuse, farouche, désireuse de liberté.. et également tellement impuissante. Je ne l’ai pas reconnue, impossible donc de m’y attacher et ça m’a perturbée sur toute ma lecture. Par contre, en ce qui concerne le Capitaine James Hook, c’est une autre histoire. Lui aussi est bien loin du modèle de notre enfance — même s’il garde quelques similitudes — pourtant, il m’a intriguée de par sa complexité. Peut-être parce que l’autrice a pris la peine de nous parler de sa naissance, de son enfance, de son lien avec le Garçon Éternel et de l’origine de sa haine ? Peut-être parce que ces détails nous ont permis de le voir sous un nouveau jour ? Toujours est-il que j’ai trouvé cette partie terriblement intéressante et constructive. On découvre, on apprend, on comprend pourquoi il est devenu cet être impitoyable et sanguinaire. On réalise que Peter Pan n’est pas aussi pur, innocent et courageux qu’il veut le laisser croire et qu’il garde en lui une part profondément sombre. Jane, quant à elle, est dorénavant âgée de quatorze ans. Et malgré cela, je l’ai trouvée bien trop mature. Ce n’était pas l’idée voulue de base, mais on l’a forcée à grandir. Elle porte en son cœur d’adolescente une haine sans pareille, et est portée par cette dernière.

Conclusion, j’ai passé un chouette moment de lecture, c’est évident, je ne le nierais pas, cependant, des choses m’ont perturbée. J’ai été séduite par l’intrigue, par l’imagination de Cameron Valciano et par la profondeur du Capitaine James Hook. C’est une épopée fascinante, les personnages sont mélancoliques et la fin vous attriste bien évidemment. D’autre part, je n’ai pas réussi à retrouver la magie de mon enfance grâce aux fées, aux Indiens, aux Enfants Perdus, aux Sirènes, à Peter et à l’Île entière. Aussi, les quelques fautes de frappe et d’orthographe m’ont gênée. Quant à la romance, elle est prévisible mais n’a pas su me toucher comme je l’espérais. Quoi qu’il en soit, je tiens à remercier les éditions Magic Mirror pour l’envoi de ce livre et pour la confiance qui m’a été accordée.

Œuvre écrite par : Cameron Valciano.

Nombre de pages : 448 | Éditeur : Magic Mirror dans la Collection Bad Wolf | Ma note : 3,75/5.

Date de sortie : 15 juin 2020 | Prix : 19,90€

________________________________________

Connaissez-vous cette œuvre ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ? Dans le cas contraire, êtes-vous intéressés ?

vous aimerez peut-être

1 Commentaire

  • Reply Tant que vole la poussière – Cameron Valciano – Moonlight Symphony 29 août 2020 at 17 h 33 min

    […] avis sur Tant que vole la poussière : Les Voyages de Ly, Madame Ratou, Faith in […]

  • Laisser un commentaire