Lectures

Sacrifice box

21 octobre 2020

« Ma mère dit que, quand le monde se déchire, l’amour est le seul remède, dit Aileen une fois ses larmes taries. Que si on s’aimait un tout petit peu plus, il n’y aurait plus autant de malheur. » Extrait du livre, page 117.

RÉSUMÉ | Hill Ford Island, 1982. Arkle, Hadley, Lamb, Mack et Sep scellent un pacte autour d’un coffre où chacun a sacrifié un objet qui lui est cher. Quatre ans plus tard, sans le savoir, ils font tous les mêmes cauchemars. Puis des choses étranges se produisent à Hill Ford : des corbeaux aux yeux brillants se rassemblent, des animaux ressuscitent, Sep est attaqué par l’ours en peluche qu’il avait enterré avec la boîte. C’est sûr, l’un d’eux a violé le pacte. Des forces mauvaises commencent à se déchaîner sur l’île..

MON AVIS1982. Un été, cinq amis — Sep, Mack, Arkle, Lamb et Hadley — font une bien étrange trouvaille en pleine forêt. Ils tombent donc sur une boîte qu’ils appellent « coffre des sacrifices » et décident, les uns après les autres, d’y déposer des objets importants, qui ont un sens et une signification. Poussés par le rêve fait par l’un d’eux, ils vont réciter une formule et ainsi, sceller une promesse : celle de rester amis pour toujours, quoi qu’il puisse arriver. Mais les années passent et les adolescents vont finir par se séparer et prendre des chemins différents. Jusqu’au jour où des évènements incompréhensibles se produisent. Là, ils en sont sûrs, une personne du groupe a enfreint les règles (ne jamais venir au coffre seul, ne jamais l’ouvrir la nuit et ne jamais récupérer son sacrifice) et rompu leur pacte, vieux de quatre années maintenant. Mais qui ? Pourquoi ? Ils n’ont pas le choix : ils vont devoir se battre contre leurs offrandes revenues les hanter et s’allier pour empêcher ce coffre maudit de tout détruire.

En ce qui concerne les protagonistes, je dois dire que je suis mitigée. September Hope — autrement appelé, entre autres, « Sep » — est l’élément central du récit, celui que l’on suit principalement. C’est un jeune de quinze ans assez solitaire qui est toujours en train d’étudier ou de travailler, qui rêve de quitter son île et qui veut se rendre sur le continent pour avoir un avenir. Mais, plus que tout, c’est un garçon intelligent, fidèle, et comme le disent si bien certains, courageux. Concrètement, c’est le plus intéressant de la bande. Pour ce qui est des quatre autres, je les ai trouvés sous-développés. On ne sait presque rien d’eux et c’est vraiment regrettable. Au début, j’ai eu beaucoup de mal à les différencier et à comprendre qui est qui. Heureusement, ça ne m’a pas empêchée de m’y attacher un peu (pensée particulière pour Arkle et Rosemary). Néanmoins, j’ai aimé une chose qui les concerne tous : la façon dont leur relation a évolué tout au long du livre.

D’ailleurs, tant que nous y sommes, le personnage de Daniels demeure un grand mystère pour moi. À quoi a-t-il servi ? Parce qu’à part jouer les grosses brutes, intimider, harceler et violenter September (ça m’a brisé le cœur), il ne fait pas grand-chose. De la même manière, je n’ai pas totalement adhéré à la fin. À mon sens, trop de questions restent sans réponses. Concrètement, quand je suis arrivée au bout de ma lecture et que j’ai refermé le bouquin, je me suis dit « attends, quoi ??? ». En plus, j’avais énormément d’attentes. Je pensais tomber sur une œuvre effrayante, inquiétante voire macabre et à la place, j’ai eu un roman d’ambiance. Ce qui n’est pas forcément un point négatif ! Certes, ce n’est pas LE livre qui vous prendra aux tripes pour halloween, pourtant, certains passages ont réussi à me donner la chair de poule. Il y a eu des moments intenses, riches en action et en suspense. En fait, plus les chapitres défilaient, plus l’histoire prenait aux tripes. C’était génial. Malheureusement, deux/trois détails m’ont chagrinée. Premièrement, l’auteur nous envoie dans plusieurs directions en même temps. Difficile de se concentrer/focaliser sur une période précise quand les transitions entre les époques sont soudaines. Ça devient vite déroutant pour le lecteur. Aussi, il y avait beaucoup de pistes à explorer — voire à approfondir — et ça n’a pas été fait (l’amitié, l’amour, l’estime de soi, le désir de trouver sa place, la jalousie, la confiance, le pardon, la solitude..).

Conclusion, ce livre avait assez de potentiel pour être un bon thriller mais ça ne l’a pas fait. En revanche, on a un climat d’angoisse et de stress qui plane. Donc si vous cherchez quelque chose qui fait peur, passez votre chemin ; mais si vous cherchez une histoire avec une ambiance qui file les chocottes, essayez. NB : beaucoup d’animaux meurent, ici, et des passages/détails bien précis pourraient heurter certaines personnes. Après tout, on a affaire à des.. zombies ? Ce n’est pas précisé alors je m’interroge.. Dans l’ensemble, ce fut une découverte bien sympathique et je recommande. Merci aux éditions Page Turners pour l’envoi de ce livre et pour la confiance qui m’a été accordée.

Œuvre écrite par : Martin Stewart.

Nombre de pages : 384 | Éditeur : Milan | Ma note : 3,5/5.

Date de sortie : 14 octobre 2020 | Prix : 16,90 €

________________________________________

Connaissez-vous cette œuvre ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ? Dans le cas contraire, êtes-vous intéressés ?

vous aimerez peut-être

Pas de commentaire

Laisser un commentaire