Lectures

Que la montagne est belle

11 avril 2019

« Ça t’arrive d’avoir des vraies relations amoureuses, ou les femmes se contentent de tourner autour de toi comme les planètes autour du soleil ? » Extrait du livre, page 60.

RÉSUMÉ | Après une partie de poker, quatre amis se promettent de partir camper dans le parc national de Yosemite : Ceo, le tombeur à qui tout réussit, Grahame, la force de la nature, Colin, le meilleur ami de Ceo, et Rhody, qui finalement ne vient pas. Il est remplacé par Ellie, une fille que Ceo a invitée et que personne ne connaît. Un simple week-end entre copains.. en théorie.

MON AVIS | Dans cette histoire nous allons suivre une bande de copains qui a décidé de faire une petite excursion dans les montagnes, et plus précisément dans le camp national de Yosemite. Tous ont menti à leur entourage sur leur lieu de destination mais qu’importe : pour eux, c’est l’aventure d’un week-end qui les attend. Seulement voilà, avant même de débuter, leur randonnée va se confronter à un léger problème. En effet, Rhody, l’un des garçons du groupe, annule soudainement sa participation à la sortie. Ceo, le playboy au porte-monnaie bien rempli, va le remplacer par Ellie Boyer, une jeune fille de dix-sept ans qu’il a rencontrée l’été précédent dans un camp de vacances.

Le roman se lit très vite, c’est assez fluide, il n’y a pas de problème de ce côté-là. Cependant, plusieurs choses ont gêné ma lecture. Déjà, j’ai halluciné en découvrant le personnage féminin. Elle accepte de prendre part à une sortie dont l’emplacement final lui est totalement inconnu et en plus, elle ne se renseigne pas sur les autres campeurs. Garçons ? Filles ? Combien seront-ils ? Apparemment, c’est le cadet de ses soucis. J’appelle ça de l’inconscience pure et dure. Deuxième point et pas des moindres, l’action qui est quasiment absente. Il faut arriver aux 3/4 du récit pour que ça bouge un peu. C’est dommage, moi qui pensais ressentir quelques frissons en découvrant la plume de Stephen Wallenfels, c’est raté ! Les trois autres protagonistes que l’on suit ne sont pas forcément mieux, puisque je ne les ai pas trouvés si attachants que ça. Je n’irai pas jusqu’à dire qu’ils m’ont laissée de marbre, mais entre eux et moi, il n’y a pas eu d’étincelles.

Globalement, que la montagne est belle est une œuvre qui saura trouver son public même si, avec moi, ça ne l’a pas totalement fait. Par contre, si vous vous attendez à tomber sur un thriller au rythme haletant, passez votre chemin. Le résumé en quatrième de couverture m’a donné quelques attentes, et je n’ai pas pu trouver satisfaction ici. J’en suis déçue. Dans tous les cas, merci à Page Turners pour l’envoi de ce livre, et pour leur confiance.

Nombre de pages : 384 | Éditeur : Milan | Ma note : 2,75/5.

Date de sortie : 20.03.2019 | Prix : 15,90 €

________________________________________

Connaissez-vous cette œuvre ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ? Dans le cas contraire, êtes-vous intéressés ?

________________________________________

Sélection divertissement sur Inspilia – vendredi 12 avril 2019.

vous aimerez peut-être

2 Commentaires

  • Reply Anne Sophie 11 avril 2019 at 19 h 06 min

    Pas sûre que ce livre soit pour moi.
    Je passe mon tour pour cette fois !

    • Reply Jessica 16 avril 2019 at 18 h 52 min

      Si tu as le moindre doute et que tu penses ne pas accrocher, ne tente pas le diable. Je peux comprendre ton ressenti. 🙂

    Laisser un commentaire