Lectures Mangas

Princesse Sakura, tome 1

25 septembre 2020

« Je ne veux pas de cette vie qu’on veut m’imposer. C’est pour me faire entendre que je suis grimpée de cet arbre. qu’il s’agisse de mes vêtements ou de celui que j’aime, je veux être libre de choisir. Mon destin m’appartient. » Extrait du livre, pages 8 et 9.

RÉSUMÉ | Nous sommes à l’époque Heian. La princesse Sakura, qui n’a que quatorze ans, est soudainement convoquée à la capitale par son fiancé, le prince Ora, qu’elle déteste à cause de son égoïsme. Sakura décide de faire une fugue une nuit de pleine lune, entraînant avec elle les roues de la destinée.

MON AVIS | La princesse Sakura est orpheline. Ses parents sont décédés il y a bien longtemps et son unique frère a succombé à une épidémie. À cause de cela, elle a grandi isolée, sans personne à ses côtés. Elle est donc entretenue financièrement par le prince Ora, auquel elle est fiancée depuis sa naissance. Seulement, elle n’a pas encore eu l’occasion de le voir et elle ne sait ni à quoi ressemble sa voix, ni quel est son visage. À ses quatorze ans, pourtant, un messager — le seigneur Aoba — lui rendra visite avec un but bien précis : en effet, il est venu chercher la future épouse de son maître. Mais la jeune fille, qui déteste son promis parce qu’il n’a jamais pris la peine de lui rendre visite, refuse catégoriquement de le suivre. Pire, elle va prendre la fuite et fuguer une nuit de pleine lune. Malheureusement pour elle, un démon va en profiter pour surgir de nulle part et l’attaquer..

Cette histoire se déroule au Japon, à l’époque de Heian. C’est une période que je ne connais absolument pas et je n’ai pas fait de recherches personnelles pour en savoir plus. Je suis donc incapable de dire si la mangaka a rendu justice à cette ère (avec les décors, les vêtements, les coutumes dont il lui arrive de parler et le folklore) ou non. Néanmoins, j’ai trouvé le rendu assez intéressant. Pour ce qui est du scénario, sachez qu’il n’a rien d’extraordinaire. Nous sommes dans un shōjo classique qui reprend des codes bien connus : une héroïne avec des cheveux très longs, d’immenses yeux et un destin hors du commun, un compagnon de route plutôt mignon, un beau garçon insolent et une touche de magie. D’un autre côté on s’écarte des clichés du genre puisqu’on nous sert des démons qui raffolent de chair humaine, rien que ça ! Forcément, cette touche originale apporte quelque chose au récit. En ce qui concerne les personnages, pour l’instant, j’ai un peu de mal à les apprécier et à m’y attacher. Qu’il s’agisse d’Asagiri, de Byakuya, de Kohaku, de Fujimurasaki ou même de Sakura, aucun n’a vraiment réussi à me plaire. Par contre, le prince Ora m’a charmée. Enfin, l’intrigue ne m’a convaincue qu’à moitié. J’ai quelques tomes en ma possession alors restez dans le coin, je vous parlerai de la suite sous peu.

Encore une fois je vous présente une œuvre de Arina Tanemura. Après full moon, lovely fridays et the gentlemen’s alliance cross, il fallait que je vous parle de cet autre manga qui trône fièrement dans ma bibliothèque depuis que le premier tome est sorti en France. Comme d’habitude ses dessins sont fins, détaillés, précis. C’est un travail particulièrement méticuleux et j’adore le rendu, qui est un vrai régal pour les yeux. En bref, princesse Sakura mêle premiers émois amoureux, magie de la lune, démons, êtres surnaturels, amitiés naissantes et trahisons.

Œuvre écrite par : Arina Tanemura.

Nombre de pages : 176 | Éditeur : Glénat | Ma note : 3,5/5.

Date de sortie : 7 septembre 2011 | Prix : 6,90 €

________________________________________

Connaissez-vous cette œuvre ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ? Dans le cas contraire, êtes-vous intéressés ?

vous aimerez peut-être

Pas de commentaire

Laisser un commentaire