Coups de cœur Lectures

Nevernight, tome 1 | n’oublie jamais

6 novembre 2020

« Vous ne connaîtrez jamais mon nom, j’en ai peur. Car c’est la route de l’ombre que j’arpente. Je suis une rumeur. Un murmure. Une pensée qui réveille en sueur tous les salauds de ce monde au beau milieu d’une non-nuit. » Extrait du livre, page 744.

RÉSUMÉ | Dans un pays où trois soleils ne se couchent presque jamais, une tueuse débutante rejoint une école d’assassins, cherchant à se venger des forces qui ont détruit sa famille.

Fille d’un traitre dont la rébellion a échoué, Mia Corvere parvient de justesse à échapper à l’anéantissement des siens. Livrée à elle-même et sans amis, elle erre dans une ville qu’on dit construite sur les ossements d’un dieu mort, recherchée par le Sénat et les anciens camarades de son père. Elle possède un don pour parler avec les ténèbres qui va la mener tout droit vers un tueur à la retraite et un futur qu’elle n’a jamais imaginé.

À seize ans, elle va devenir l’une des apprentis du groupe d’assassins le plus dangereux de toute la République : l’Église Rouge. Trahison et épreuves l’attendent dans les murs de cet établissement où l’échec est puni par la mort. Mais si elle survit à cette initiation, elle fera partie des élus de Notre-Dame du Saint-Meurtre, et elle se rapprochera un peu plus de la seule chose qu’elle désire : la vengeance.

MON AVIS | Ma chronique risque de ne pas ressembler à grand-chose mais au moment où je rédige ces quelques mots, je ne sais toujours pas quoi dire. Comment faire pour vous parler du premier tome des Chroniques de Nevernight ? Comment rendre justice à l’auteur — également connu pour avoir écrit, entre autres, les sagas Illuminae et Aurora Squad avec Amie Kaufman — ? Comment qualifier son livre ? Je l’ai terminé il y a une semaine et même maintenant, j’ai du mal à faire cet article. Pour tout vous dire, le début de ma lecture a été laborieux : il y avait des choses que je ne saisissais pas, j’avais du mal avec les répétitions, j’essayais de comprendre où j’allais. Ce n’était pas évident. Et là, au bout de quelques pages, la magie a opéré. En un claquement de doigts, j’ai été transportée et les pages (que dis-je, les chapitres !) ont défilé. Je voulais en savoir plus sur le passé de l’héroïne, je voulais la comprendre, je voulais la suivre dans sa quête de vengeance, je voulais découvrir l’Église Rouge avec elle, je voulais la voir évoluer dans cet environnement hostile, je voulais la voir rencontrer des personnages et me demander s’ils allaient être alliés ou ennemis. Au fur et à mesure de l’avancée du récit je me suis habituée au rythme, à l’univers incroyablement riche, original, développé et bien construit (rien que ça). Par contre, pour ce qui est de la plume, du style d’écriture et, si je puis dire, du format, il m’a fallu un temps d’adaptation. En effet, nous avons là un ouvrage unique en son genre qui ne conviendra pas à tout le monde et l’auteur a placé des notes bien particulières en bas de pages. Elles sont nombreuses, longues, détaillées, et parfois elles me coupaient en pleine lecture. Je l’avoue, au début, j’ai trouvé ça agaçant. Mais heureusement, j’ai vite réalisé une chose : elles sont distrayantes, voire géniales ! Alors, s’il-vous-plaît, lisez-les. Jay Kristoff a fait un travail incroyable et chaque mot inscrit dans Nevernight mérite d’être lu. Ne sautez pas ces quelques passages.

Il y a quantité de choses à dire sur ce merveilleux ouvrage. Mais avant toute chose, une petite mise en garde s’impose : ce livre n’est pas à mettre entre toutes les mains. L’héroïne a beau être une jeune femme de seize ans seulement, l’univers dans lequel elle évolue est sombre et cruel. La faiblesse n’a pas sa place ici. Certains ont beau le classer en jeunesse/fantastique/young adult (juste, pourquoi ?), Nevernight est un livre pour adultes. Un avertissement a même été placé en début d’ouvrage pour la violence, la torture, le sexe, le langage grossier et les descriptions explicites de blessures. Vraiment, prenez-le en compte si vous voulez découvrir cette œuvre.

Cette histoire se déroule dans un pays où trois soleils ne se couchent presque jamais. Nous y faisons la connaissance de Mia Corvere, une jeune femme de seize ans au passé trouble. Certains chapitres nous révèlent des faits qui se sont déroulés quand elle était jeune et de cette manière on en apprend plus sur elle, sur ce qu’a été sa vie autrefois. Ainsi, nous savons qu’elle est issue d’une famille noble et respectable et qu’à ses dix ans, son monde a basculé dans l’horreur. Pour sauver sa peau, elle a dû s’enfuir et laisser ce qu’elle a toujours connu derrière elle. À partir de cet instant, elle n’aura plus qu’une idée en tête : la vengeance. Mais avant de se jeter dans la gueule du loup elle va s’entraîner, jusqu’à devenir suffisamment forte pour tuer ceux qui ont causé la déchéance des siens. Nous la suivons donc à l’Église Rouge, un mystérieux établissement qui vénère Notre-Dame du Saint-Meurtre et forme des apprentis assassins pour en faire l’élite de demain grâce à des cours particuliers : combats, charme, vols et potions. Aussi, pour l’aider dans sa quête, elle peut compter sur un atout qu’elle garde précieusement dans sa manche..

Le pitch de base est, en somme, assez classique (une fille qui a perdu sa famille, qui veut se venger — peu importe le prix à payer — et devient assassin) mais tout ce qui tourne autour de ces faits est d’un tout autre niveau. Jay Kristoff ne fait pas dans la demi-mesure : il frappe fort. Rien n’est laissé au hasard, chaque détail compte. Les personnages sont incroyables (dans tous les sens du terme) et ils sont bien développés. En tant que lecteurs, on se sent proches d’eux. Il y a comme une connexion. Prenons Mia, par exemple. C’est notre héroïne et pourtant, elle ne ressemble en rien à celles que l’on peut voir habituellement dans nos ouvrages. On est loin de la jeune femme qui fait chavirer les cœurs et tourner les têtes, encore plus loin de cette demoiselle qui ne dit jamais un mot de travers et a besoin d’un chevalier servant pour la défendre. Aussi, il peut nous arriver de la trouver froide, distante, fourbe. Déterminée à atteindre l’objectif qu’elle s’est fixé. D’un autre côté, il lui arrive de nous montrer une autre facette de sa personnalité. Et dans ces moments-là on découvre une adolescente vulnérable qui est capable d’éprouver de la compassion et de garder une part d’humanité. Je me suis sentie proche d’elle et je l’ai adorée. Tout comme Tric, d’ailleurs. Ils ont toujours été francs et honnêtes l’un envers l’autre, et le duo qu’ils forment, bon sang. Explosif ! Pour ce qui est de Ashlinn, Carlotta, Jessamine et les autres, je vous laisse découvrir.. Sinon, ce détail vous surprendra peut-être mais dans ce livre, il y a une romance. Je vous vois déjà venir avec vos « bouh, ça va tout gâcher ». Sachez une chose, je pensais comme vous. Mais honnêtement, j’ai rarement vu un couple aussi crédible. Oubliez les tourtereaux qui tombent amoureux au premier battement de cils, c’est fini. Ici, la relation se fait sur la durée. Miracle !

Malgré les quelques longueurs du début, mes attentes, mes doutes (comment ne pas en avoir quand on voit tous ces retours positifs) et les évènements/révélations prévisibles, ce livre a réussi à me surprendre. Mieux que ça, j’ai été conquise et j’ai sacrifié des heures et des heures de sommeil pour le finir. Et verdict, c’est un coup de cœur. Peut-être même ma meilleure lecture de l’année (il reste encore quelques semaines). Alors, vraiment, merci aux éditions De Saxus pour avoir publié cette merveille et pour m’avoir fait confiance en me l’envoyant. J’ai hâte, hâte et hâte d’avoir le deuxième opus en ma possession.

À vous qui êtes arrivés au bout de cette longue chronique (alors que de base je ne savais pas quoi dire), je vous félicite. Mais une dernière chose : tout ce que vous devez retenir, c’est que ce livre est une pépite. Achetez-le, lisez-le et savourez-le.

Œuvre écrite par : Jay Kristoff.

Nombre de pages : 768 | Éditeur : De Saxus | Ma note : 5/5 — coup de

Date de sortie : 29 octobre 2020 | Prix : 19,90 €

________________________________________

Connaissez-vous cette œuvre ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ? Dans le cas contraire, êtes-vous intéressés ?

vous aimerez peut-être

1 Commentaire

  • Reply Steven 21 novembre 2020 at 20 h 18 min

    Je vois que nous avons eu le même ressenti face à cette pépite. Vivement la suite.

  • Laisser un commentaire