Bilans

Mes films du mois (#7)

7 mai 2019

Hello ! Il est enfin temps pour moi de vous parler de toutes ces œuvres cinématographiques que j’ai vues au cours des mois de mars et avril. Je me suis bien rattrapée par rapport au début d’année mais là encore, pas de coup de cœur. C’est dommage. Sans plus tarder voici donc ma liste, ou plutôt une partie, puisque j’ai oublié de noter certains films (la loose).

Les animaux fantastiques 2 : les crimes de Grindelwald | David Yates (2018) | ★★★★☆

1927. Quelques mois après sa capture, le célèbre sorcier Gellert Grindelwald s’évade comme il l’avait promis et de façon spectaculaire. Réunissant de plus en plus de partisans, il est à l’origine d’attaque d’humains normaux par des sorciers et seul celui qu’il considérait autrefois comme un ami, Albus Dumbledore, semble capable de l’arrêter. Mais Dumbledore va devoir faire appel au seul sorcier ayant déjoué les plans de Grindelwald auparavant : son ancien élève Norbert Dragonneau. L’aventure qui les attend réunit Norbert avec Tina, Queenie et Jacob, mais cette mission va également tester la loyauté de chacun face aux nouveaux dangers qui se dressent sur leur chemin, dans un monde magique plus dangereux et divisé que jamais.

J’ai longtemps attendu avant de me jeter sur cette suite. Pour tout vous dire, j’avais prévu d’aller au cinéma le jour de sa sortie, et même d’avoir une place pour l’avant première. Malheureusement, ça ne s’est pas fait. Assez rapidement, en plus, les cinémas autour de mon lieu de travail (il n’y en a pas vers chez moi – vive la campagne) ont arrêté de diffuser ce film. J’ai donc dû prendre mon mal en patience et attendre qu’il soit disponible sur internet. Finalement, qu’en ai-je pensé ? Eh bien, j’ai adoré replonger dans cet univers magique et retrouver les niffleurs, comme beaucoup, cependant, des détails m’ont chiffonnée. J’ai trouvé qu’il y avait quelques incohérences par-ci par-là et, désolée de le dire, impossible d’accrocher avec cette « version » d’Albus. Quant à la fin, je vais simplement dire qu’elle a.. tout gâché.

Le transporteur 2 | Louis Leterrier & Corey Yuen (2005) | ★★☆☆☆

À Miami pour dépanner un ami en vacances, Frank Martin doit conduire un enfant à l’école pendant quelques jours. Mais parce que le père du petit est désormais responsable de la lutte antidrogue, il va se retrouver malgré lui impliqué dans un incroyable complot.

Un film bourré de scènes surréalistes qui lui font perdre en crédibilité, et donc, en intérêt. Je dirais même que parfois, c’est aussi ridicule qu’exagéré. Certains passages ont des effets spéciaux ratés, des images de synthèse qui piquent les yeux, bref, un visuel complètement gâché. D’un autre côté, il y a une histoire plus ou moins intéressante (c’est déjà pas mal quand on voit le reste), du rythme, de l’action, et des bagarres.

Bohemian rhapsody | Brian Singer (2018) | ★★★☆☆

Bohemian rhapsody retrace le destin extraordinaire du groupe Queen et de leur chanteur emblématique Freddie Mercury, qui a défié les stéréotypes, brisé les conventions et révolutionné la musique. Du succès fulgurant de Freddie Mercury à ses excès, risquant la quasi-implosion du groupe, jusqu’à son retour triomphal sur scène lors du concert Live Aid, alors qu’il était frappé par la maladie, découvrez la vie exceptionnelle d’un homme qui continue d’inspirer les outsiders, les rêveurs et tous ceux qui aiment la musique.

Je ne suis pas une incollable sur la vie de Freddie Mercury, juste une immense fan de son incroyable talent depuis de nombreuses années déjà. Je ne remercierai d’ailleurs jamais assez mon professeur de musique au collège qui, passionné par son travail, a voulu faire connaître le plus de chanteurs possibles (connus et moins, de différentes époques) à ses jeunes élèves. Pour en revenir au film, j’ai été déçue par les incohérences scénaristiques. Tout le monde ne les verra pas forcément mais elles sont bien là, et quand on connaît quelques dates ou évènements clés et qu’on voit les modifications apportées ici, ça dérange. Ah, et j’ai adoré le jeu d’acteur de Rami Malek !

Flight crew | Nikolaï Lebedev (2016) | ★★☆☆☆

Ancien pilote dans l’armée russe, Alexey intègre une compagnie de l’aviation civile. Bien qu’indiscipliné, il se révèle excellent pilote. Aux commandes d’un avion de fret, lui et son commandant décident de se dérouter pour secourir les nombreuses victimes d’un tremblement de terre. Sur place, les répliques sont encore plus dévastatrices.

Je suis loin d’aimer les films catastrophe, les films sur l’aviation, et ceux qui font un mix des deux. Mais alors, quand on doit en regarder un et supporter tout le long un personnage principal exécrable, insupportable et sexiste, comment voulez-vous faire ? Bref, j’ai eu énormément de mal à accrocher à cette œuvre qui pourtant, avait du potentiel. On a droit à des tremblements de terre, des explosions, des scènes apocalyptiques, un chaos innommable, et pour finir, une super scène de sauvetage. C’est top, et bien fait. Franchement, si le texte de l’acteur incarné par Danila Kozlovsky n’était pas aussi.. voilà, quoi, peut-être que j’aurai passé un meilleur moment.

La Belle et le Clochard 2 : l’appel de la rue | Darrell Rooney (2001) | ★★★★☆

La Belle et le Clochard vivent dans un manoir avec leurs enfants. En rébellion, Scamp n’aspire qu’à la liberté et s’échappe de la maison pour découvrir le monde de la rue. Il rencontre alors Ange, une petite chienne sauvage.

Un Disney qui mériterait plus de succès, même s’il ne vaut pas son prédécesseur. Dans cette suite nous faisons la connaissance de Scamp, le seul petit mâle de la portée de Lady et Clochard. Il rêve d’indépendance et de liberté, et il la trouvera en fuguant loin des siens. C’est une histoire touchante avec une belle leçon de vie dans laquelle nous voyons ô combien la famille, c’est important. Petit clin d’œil au premier opus, puisque nous avons droit à une version 2.0 de la scène avec le plat de spaghettis. Tellement mignon. Et Ange, mon dieu mon dieu, une perfection.

🍿🍿🍿

En mars et en avril, j’ai donc vu plus ou moins cinq films. Certains étaient très intéressants, tandis que d’autres ont vu leur potentiel gâché par des détails et des choix scénaristiques que je qualifierais de.. mince, je ne sais pas comment dire. Qu’importe. Et vous, qu’avez-vous regardé durant ces deux mois ?

vous aimerez peut-être

Pas de commentaire

Laisser un commentaire