Lectures Mangas

Meru puri, tome 1 | märchen prince

11 décembre 2019

« Que faire ? Même si je te tiens la main en essayant de me convaincre que c’est comme quand tu es petit.. tu n’as pas la main douce d’un enfant. » Extrait du livre, page 173.

RÉSUMÉ | Airi ne rêve que du grand amour.. jusqu’au jour où elle rencontre un petit garçon égaré, Alam. Elle décide de veiller sur l’enfant qui, en réalité, n’est autre que le prince du royaume magique d’Aster ! Victime d’un mauvais sort lancé par son insupportable frère aîné Jeile, Alam vieillit à chaque fois qu’il se retrouve dans l’obscurité. Lorsque Airi se réveille le lendemain matin, c’est un beau jeune homme qu’elle découvre dans son lit !

MON AVIS | J’ai cette série de mangas dans ma bibliothèque depuis sa sortie en librairie si je ne me trompe pas et pourtant, je n’ai jamais pris la peine de vous en parler plus en détails sur mon blog. Composée de quatre tomes seulement, elle se dévore rapidement et c’est tant mieux, puisque nous n’avons pas besoin de dépenser des millions pour avoir le fin mot de l’histoire. Enfin un shōjo où acheter vingt-huit opus n’est pas nécessaire ! Dans cette histoire nous faisons la connaissance de Airi Hoshina, une élève de seconde au lycée qui vit seule avec ses deux chiens, Pochirô et Koromi, et qui est, disons-le franchement, niaise comme pas permis. Son but dans la vie ? Vivre la plus belle des relations amoureuses et se marier à vingt ans, puis avoir des enfants et acheter une maison bien particulière avec un toit rouge et des murs blancs. Mais un jour, son chemin croisera celui d’un étrange petit garçon prénommé Aster Ey Daimonia Eucalystia Alam (rien que ça) et son quotidien, pourtant classique, en sera tout bouleversé. En effet, l’enfant vient d’un royaume magique et, alors qu’il s’en échappait parce qu’une personne mal-intentionnée était en train de lui jeter un mauvais sort, il est venu dans notre monde en passant par le miroir de poche de l’héroïne ! En attendant qu’une solution soit trouvée et que le coupable avoue quelle formule il a utilisée, elle va héberger le jeune prince et prendre soin de lui. Mais elle déchantera bien rapidement quand elle se rendra compte qu’une fois dans le noir, Alam vieillit et devient un jeune homme au charme et au charisme indéniables. Dès lors, sa vie paisible d’adolescente va prendre un virage radical et ne sera jamais plus la même.

En ce qui concerne les personnages, je dois dire que j’ai eu beaucoup de mal avec Airi. C’est l’héroïne et pourtant, je n’ai pas totalement adhéré à sa façon de faire ou à sa façon de penser. Certes elle est gentille et elle travaille dur, mais son côté fleur bleue est envahissant au point de devenir, parfois, carrément énervant. Ce qui est regrettable puisque d’autres aspects de sa personnalité auraient pu être mis en avant aussi. Mais non, il n’y a que ça. Et, pire encore, d’où tu t’entiches d’un enfant ? Quand j’ai découvert ce manga j’étais jeune et je devais avoir autour de treize ans, du coup, ça ne m’a pas choqué tant que ça et je trouvais ça plutôt choupi, mais avec le recul je me rends compte que c’est plutôt.. étrange. Alam, en revanche, m’a bien plus plu. Je l’ai même adoré ! Comme il vient d’une famille royale, il a certaines manies que j’ai trouvées assez drôles. Il ne s’est jamais lavé tout seul, il appelle Airi « femme », il est hautain, arrogant, etc. Néanmoins, je l’ai trouvé particulièrement touchant. Il est victime d’un sortilège et pourtant, il ne se plaint jamais. C’est un petit bonhomme drôlement courageux qui a la tête sur les épaules et qui sait se montrer fort quand la situation l’exige. Parmi les autres protagonistes nous avons Jeile, le demi-frère (aîné) du héros. C’est de sa faute si Alam grandit quand il est dans une pièce sombre et s’il ne peut plus pratiquer la magie correctement. C’est lui le responsable de tous ses maux. Nous avons également Heskia Lei Lipuli, le serviteur du jeune prince ; Nakaôji, un camarade de classe de Airi ; et Malulu, une drôle de petite fée au caractère bien trempé.

Globalement, cette re (re-re-re-re-re..) lecture a été bonne. L’histoire est mignonne comme tout et elle a un bon rythme grâce aux personnages et à leurs interactions, parfois farfelues. Les dessins sont sympathiques seulement, Airi était terriblement banale, aussi bien physiquement que mentalement. Je n’ai pas trouvé son caractère très poussé — peut-être que c’était cherché ? — et ça m’a déçue. Heureusement que les garçons étaient là pour remonter le niveau. Meru Puri est une œuvre créée par Matsuri Hino, que l’on ne présente plus et qui est aussi à l’origine de Vampire Knight. Si vous appréciez sa patte artistique et les romances sur fond de magie, celle-ci devrait vous plaire. Et, je le répète, mais il n’y a que quatre tomes !

Œuvre écrite par : Matsuri Hino.

Nombre de pages : 192 | Éditeur : Panini | Ma note : 3,75/5.

Date de sortie : mai 2009 | Prix : 6,95 €

________________________________________

Connaissez-vous cette œuvre ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ? Dans le cas contraire, êtes-vous intéressés ?

vous aimerez peut-être

Pas de commentaire

Laisser un commentaire