Lectures

Les héritiers de Nàdar, tome 1 | Alba

3 septembre 2019

« Je n’en finirais jamais d’avoir peur pour elle, d’avoir ce constant et inaliénable besoin de la protéger, quoi qu’il arrive.. et à mes dépens. Je le compris soudain : il me serait insoutenable de devoir m’éloigner d’elle, de devoir la laisser, de la perdre, comme si je reniais un devoir qui m’avait été confié avant même ma naissance. Mon cœur s’emballa, tambourinant dans ma poitrine comme à l’orée d’un évènement extraordinaire ou d’une décision cruciale pour mon avenir. » Extrait du livre.

RÉSUMÉ | Londres, 2018. Alba Reid, vingt-huit ans, jeune productrice de cinéma, quitte la France pour échapper à un passé affectif chargé et une enfance aux multiples mystères. À la recherche d’une vie normale, sa véritable identité la rattrape. C’est de sa rencontre et de son lien avec un mystérieux inconnu que changera sa vision de l’humanité.. faisant d’elle une héroïne d’une toute autre Nature.

MON AVIS | L’histoire commence avec un chapitre plutôt spécial dont nous ne comprenons réellement la signification que vers la toute fin de l’ouvrage. On découvre un homme affaibli et blessé qui, semble-t-il, est à la recherche d’une île bien particulière, pour une raison tout aussi particulière.. Vient ensuite le premier chapitre, qui nous entraîne dans le quotidien de Alba Reid, une jeune femme âgée de vingt-huit ans tout juste qui donne des cours à domicile. Polyglotte, elle parle en effet cinq langues couramment : anglais, français, espagnol, italien et allemand. Mais elle parle aussi le gaélique écossais et essaie d’apprendre le mandarin par correspondance. Casanière et solitaire, c’est quelqu’un qui a un passé mystérieux, trouble. Suite à d’étranges circonstances, elle fera la rencontre de David Mills, autrement appelé Dave, qui, impressionné par ses capacités, lui proposera deux emplois : assistante de production et assistante personnelle du producteur. Un rêve qui se réalise pour notre héroïne, qui pensait le monde du cinéma inatteignable. À partir de là, et surtout à partir des rencontres qu’elle fera grâce à ses nouveaux jobs, sa vie prendra un autre tournant. Seulement, son passé n’en a pas encore fini avec elle..

La première partie du livre a été la plus compliquée pour moi. Et je ne parle pas de l’introduction, non. J’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de longueurs dans la globalité de l’œuvre, et surtout ici. L’intrigue met du temps avant de bien se mettre en place, on pose les bases, ce que je comprends tout à fait. Malheureusement, j’ai eu une sensation de « trop » au bout d’un moment. Quoi qu’il en soit, on découvre la protagoniste féminine principale petit à petit, on apprend d’où elle vient, ce qu’il s’est passé au cours de son enfance et dans son début de vie d’adulte, et on réalise qu’elle a vécu des choses bien trop horribles. On voit également qu’elle souffre de graves problèmes, pourtant inexpliqués par les professionnels de la santé, qui lui donnent des crises et lui font enchaîner les malaises. Jamais personne n’a pu mettre un terme médical ou une raison à tous ses maux. Pourtant, ils viennent bien de quelque part. Et d’un coup, sans crier gare, on passe d’une histoire réaliste à un genre fantastique.

Globalement j’ai apprécié le récit, que j’ai trouvé plus qu’original. On sort des sentiers battus et le résultat est plutôt pas mal. C’était intéressant, voire passionnant, et je tiens à dire qu’il en va de même pour la mythologie. Nous avons des secrets, du suspense, de l’action, des révélations, une tonne de mystères, et de la romance. Parlons-en, tiens, de cette dernière partie. Cela n’arrive pas souvent mais nous avons enfin des personnages qui ne se sautent pas dessus dès le début (en revanche, tenez-vous prêts pour la suite). Ils se cherchent, apprennent à se connaître, et c’était crédible ! Quant à leur entourage, j’ai bien aimé qu’ils aient chacun une utilité bien spécifique, un caractère bien défini. Ce ne sont pas nécessairement des figurants relégués au second plan (juste certains). Gros coup de cœur cependant pour Eleanor Simmons, dite Ellie, une très bonne amie – et accessoirement collègue de travail – de l’héroïne. Elle est attachante, bienveillante, intelligente, elle se pose des questions, fait des recherches, essaie d’aider, s’implique, bref, elle est géniale.

Un autre point m’a gênée durant ma lecture : le changement de narrateur. Parfois, je lisais un début de chapitre et je ne savais pas qui parlait. Et quand, au bout d’un moment, on le devinait grâce aux dialogues, je devais reprendre depuis le début pour mieux comprendre. En dehors de tout ceci, les héritiers de Nàdar fut une très belle découverte. Si vous aimez le fantastique, les histoires énigmatiques, la mythologie, les romans aux couvertures sublimes, les scénarios imprévisibles et les plumes fluides qui permettent aux pages de défiler rapidement, foncez, vous ne le regretterez pas. Et encore une fois, un grand merci à l’autrice, Terry Dunes-Carreto, pour m’avoir donné l’occasion de découvrir son œuvre. 

Nombre de pages : 622 | Éditeur : Auto-édité | Ma note : 3,75/5.

Date de sortie : 21.06.2019 | Prix : 15,99 €

________________________________________

Connaissez-vous cette œuvre ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ? Dans le cas contraire, êtes-vous intéressés ?

vous aimerez peut-être

Pas de commentaire

Laisser un commentaire