Lectures

Les chroniques de Wildwood, tome 1

23 octobre 2019

« Toute sa petite vie paisible et prévisible semblait désormais dépendre de cet évènement unique ; tout ce qu’elle éprouvait ou croyait depuis toujours prenait soudain une tournure épouvantable. Rien de ce que ses parents lui avaient dit, de ce qu’elle avait appris à l’école, n’aurait pu la préparer à ce qui se déroulait sous ses yeux. Et encore moins à ce qui allait suivre.. » Extrait du livre, page 22.

RÉSUMÉ | Prue a toujours été une jeune fille obéissante. Et lorsque son père lui demande de ne jamais s’aventurer dans le Territoire Infranchissable, elle l’écoute sagement. Jusqu’au jour où son frère est mystérieusement kidnappé dans son berceau par des corneilles qui l’emmènent au-delà de la frontière défendue. Avec son ami Curtis, elle décide de braver l’interdit et de partir à son secours. Tous deux découvrent alors un monde magique où des animaux, pas toujours bien intentionnés, règnent en maîtres. La mission de sauvetage devient rapidement une lutte pour la libération de cette contrée enchantée qu’on appelle Wildwood.

MON AVIS | Il y a plusieurs mois déjà je suis tombée sur ce magnifique bouquin dans une boutique qui vendait beaucoup de romans, de BD et de mangas d’occasion. Et c’est seulement courant septembre que j’ai décidé de sortir celui-ci de ma pile à lire. Avant, je n’étais pas dans le bon mood. Maintenant que l’automne est là, avec sa pluie, ses plaids et ses pulls en pilou, c’est parfait. L’histoire commence donc plutôt doucement et nous faisons la connaissance de Prue McKeel, une pré-adolescente âgée de douze ans tout juste dont la mission de la journée consiste à s’occuper de son petit frère, Mac, encore bébé. Mais, alors qu’ils se sont installés à une aire de jeux, la jeune fille va remarquer une chose pour le moins troublante : plusieurs dizaines de corneilles volent juste au-dessus de leurs têtes. L’impensable va alors se produire et cette bande de volatiles va attraper l’enfant et l’enlever. Prue va les suivre et traverser le quartier St Johns à vélo.. jusqu’à ce qu’elle arrive à la limite de la ville et que devant elle s’étende un précipice. Résignée, abattue, elle rentrera chez elle pour la nuit et fera croire à ses parents que son petit frère est simplement endormi et qu’il faut le laisser tranquille. Le lendemain, elle partira de bonne heure en direction du Territoire Infranchissable — un lieu qu’elle n’est censée approcher sous aucun prétexte car jugé dangereux — puisque c’est là-bas que Mac a été emmené. Mais elle ne fera pas ce périple toute seule et Curtis Mehlberg, un camarade de classe qui l’a suivie, va décider de l’accompagner. Sauf que, nouveau problème, ils vont être séparés. Et, chacun de leur côté, ils vont en apprendre plus sur le mystérieux endroit où ils se sont perdus.

Si, de base, le personnage principal féminin m’a paru inintéressant voire énervant (toujours en train de râler contre son ami), j’ai fini par l’apprécier. Elle est courageuse, déterminée, et fonce au-devant du danger pour retrouver et récupérer son frère qu’elle aime tant. Ce n’est encore qu’une petite fille alors, parfois, quand elle agi de façon bête, on peut le comprendre et c’est crédible. Mais elle est très gentille et a un bon fond. Curtis, quant à lui, m’a laissée perplexe. Au début il était assez en retrait, on ne savait pas trop vers où l’auteur voulait l’emmener ni quel rôle il comptait lui attribuer. Et au fil des pages, ce garçon trouillard et renfermé est devenu plus sûr de lui. Il s’est affirmé, doucement mais sûrement (parfois peut-être un peu trop, rappelons qu’il n’a que onze ans). Nous avons également une ribambelle de personnages secondaires, parmi lesquels se trouvent Richard, receveur principal des postes ; Alexandra, une femme étrange surnommée la gouvernante douairière ; le Prince Hibou ; Brendan, le roi des bandits ; Enver ; Sterling ; Septimus ; Iphigenia ; les Mystiques ; et tant d’autres encore.

J’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire, même si elle était très intéressante et que mon avis global est positif. On a beau avoir de l’action un peu partout, j’ai trouvé que ça manquait de rythme. Les détails ainsi que les longues descriptions ont leur importance seulement, parfois, c’était trop et le récit traînait en longueur. Une autre chose m’a dérangée, et c’est la réaction des parents face à la disparition de leur fils. Ceux qui ont vu la scène me comprennent certainement, mais c’était carrément incompréhensible, voire absurde. Sur une touche plus joyeuse, j’ai adoré découvrir cette étrange contrée qui englobe Wildwood, North Wood et South Wood. C’est un autre monde avec ses propres espèces, ses propres lois, ses propres territoires, ses propres zones, etc. Les animaux peuvent même parler, je ne m’y attendais pas ! Les divers individus possèdent une personnalité bien à eux, et on a même droit à des enjeux politiques. Révolte, complots, guerre, vengeance, lutte pour le pouvoir, ces points sombres font également partie de l’intrigue.

Parlons maintenant de l’objet livre qui, pour moi, est à tomber. Je crois que c’est même le plus beau de ma bibliothèque. Il possède un papier épais de qualité qui lui donne du cachet, un découpage original qui fait que les pages ne sont pas au même niveau (certaines dépassent, c’est inégal), un toucher agréable et un air ancien. Les titres de chapitres ont soigneusement été choisis et les en-têtes sont bien réalisées. La couverture est splendide et des illustrations (noir et blanc + couleurs) sont disséminées par-ci par-là dans l’ouvrage. C’était incroyable. Ah, et il faut savoir que l’auteur et l’illustratrice sont mari et femme ! Enfin bref, vous l’avez compris, j’ai eu un immense coup de cœur pour le bouquin et j’ai apprécié l’intrigue. À voir avec la suite si ça me plaît toujours, même si je ne l’ai pas encore en ma possession.

Nombre de pages : 528 | Éditeur : Michel Lafon | Ma note : 3,75/5.

Date de sortie : 15.11.2012 | Prix : 16,95 €

________________________________________

Connaissez-vous cette œuvre ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ? Dans le cas contraire, êtes-vous intéressés ?

vous aimerez peut-être

Pas de commentaire

Laisser un commentaire