Lectures

Le roi des hyènes

28 avril 2021

« Je me sens coupable d’un crime : j’ai ignoré la douleur d’autres enfants. Je n’ai pas réagi à leur détresse, alors que, pendant de longues années, j’ai espéré qu’on réponde à la mienne. » Extrait du livre, pages 64 et 65.


RÉSUMÉ | Dans les Confins, un monstre rôde. Dans ce territoire ceint d’un mur qui y enferme ses habitants, lorsque la nuit tombe, une harde de hyènes quitte le bois pour envahir les rues sans que personne ne se résolve à les abattre. Mais sont-elles le véritable danger ?

Dans les Confins, chaque enfant est lié à un machaon, un gardien coloré qui les protège jusqu’à l’âge adulte. Almire, quinze ans, a vu son machaon lui être arraché. Depuis cette agression, une hyène de brume le pourchasse, tapie dans l’obscurité : ce démon veille à son silence. Ce secret, ignoré de tous, le ronge, jusqu’au jour où un groupe de jeunes l’approche. Tous partagent le même drame, et ils nourrissent une ambition commune : faire éclater la vérité. Faire tomber le monstre en habits d’homme.

Almire sait qu’il ne retrouvera jamais son machaon, mais il compte bien reconquérir son bonheur. Pour ça, il lui faut renverser le roi des hyènes. Coûte que coûte.

MON AVIS | J’ai récemment lu le roi des hyènes et on peut le dire, c’est une œuvre qui m’a surprise (dans le bon sens du terme, évidemment). Cette histoire se passe dans un monde où chaque personne naît avec un machaon — une créature qui protège les enfants jusqu’à ce qu’ils atteignent l’âge adulte et que l’on peut voir comme un gardien, un prolongement de l’âme. Ici nous suivons Almire, une jeune garçon de quinze ans qui s’est vu arracher le sien par « le cueilleur », un homme qu’il ne peut pas nommer et dénoncer parce que depuis ce drame, une hyène de brume le suit. Cette dernière, tapie dans l’obscurité, n’hésitera pas à le dévorer s’il en dit trop, ou s’il essaye. Mais un jour, un groupe de jeunes va l’approcher pour lui avouer qu’il n’est pas tout seul.

Ce roman est incroyable. Je dirais même plus, il est aussi beau que triste. Peut-être que j’imagine des choses mais à mon sens, l’autrice a voulu faire passer un message — et pas des moindres ! Si je vous dis qu’un homme a volé l’innocence de certains enfants, vous pensez à la même chose que moi ? Des sujets forts et durs sont abordés, on parle notamment de secret, de solitude, de haine, de vengeance, de reconstruction ; mais j’ai trouvé que c’était amené de manière douce. Vraiment, je ne m’attendais pas à ça. Même pendant ma lecture, j’ai eu quelques doutes et je me demandais où j’allais. De plus, grâce aux personnages qui ont vécu ce traumatisme, on peut en voir les répercussions. On peut voir comment chacun lutte et se bat pour ne pas sombrer, on peut voir leur peur qui ne cesse de croître, et c’était très bien amené. Quant à l’ambiance dépeinte, vous vous en doutez, elle était pesante et j’ai passé mon temps à angoisser, à m’inquiéter pour nos jeunes héros.

Je le précise mais il s’agit d’un one-shot. Et pas besoin d’un deuxième tome : tout est bien développé. De la même manière, le principe des machaons et des hyènes était bien trouvé, bien expliqué — je n’ai rien à redire là-dessus. Vous l’avez compris, la nouvelle œuvre de Tess Corsac m’a plu, voire émue, et malgré son côté bouleversant, j’ai pris plaisir à le découvrir. Pour celles et ceux qui seraient tentés : saurez-vous trouver le coupable ? Personnellement, j’ai trouvé ça un peu facile et j’ai deviné dès le début sans avoir le moindre doute, mais peu importe, le livre regorge de rebondissements et de révélations.. Merci aux éditions Leha Jeunesse pour l’envoi de ce livre et pour la confiance qui m’a été accordée. 

Œuvre écrite par : Tess Corsac.

Nombre de pages : 456 | Éditeur : Leha Jeunesse | Date de sortie : 26 mars 2021 | Prix : 17 €

________________________________________

Connaissez-vous cette œuvre ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ? Dans le cas contraire, êtes-vous intéressés ?

vous aimerez peut-être

Pas de commentaire

Laisser un commentaire