Lectures

Le dernier conte

15 décembre 2019

« Cessez donc de vous convaincre que votre aide est indispensable à la survie d’autrui. Qu’il s’agisse d’animaux ou d’humains, chacun est maître de sa vie. Personne d’autre que nous-même ne peut savoir ce dont nous avons réellement besoin. » Extrait du livre, pages 186 & 187.

RÉSUMÉ | Alors qu’elle vient d’échapper à une tentative d’assassinat, la princesse Bianca doit fuir les gardes de l’Afag et sa marâtre. Lors de ce voyage initiatique, Bianca retrouvera les différentes héroïnes de nos contes d’enfant. Que sont devenues Cendrillon, Belle, Aurore ou Peau d’Âne après leur mariage avec le prince charmant ? Sous l’apparence d’un conte de fées, ce récit relate le passage entre un monde ancien, où l’humain vit en harmonie avec la nature, les forces invisibles qui l’habitent, et le début d’une nouvelle ère centrée sur l’homme matérialiste et égocentrique.

MON AVIS | Vous ne le savez peut-être pas mais je suis une grande amatrice de contes. Qu’il s’agisse des revisites (comme les chroniques lunaires de Marissa Meyer) ou encore des versions originales que l’on connaît tous (comme celles qui ont été écrites par Andersen, Perrault et les frères Grimm), je les aime d’amour. Alors, forcément, quand j’ai vu que certaines histoires de notre enfance avaient été interprétées d’une nouvelle manière par une autrice, je n’ai pas hésité une seule seconde. D’autant que le résumé, aguicheur, promettait de belles et merveilleuses aventures. Mon intérêt était éveillé, il ne me restait plus qu’à plonger dans l’intrigue imaginée par Pascale Leconte.

Dans ce roman, justement, nous faisons la connaissance de Bianca, fille unique de Gabriel de Sacrale, le souverain qui gouverne l’une des cinq contrées de Grimmaldy, et plus précisément, le royaume d’Illéroca. La jeune demoiselle a enfin atteint la majorité et est âgée de dix-huit ans, et pour l’occasion, un bal sera organisé en son honneur dans la soirée. Mais, chose qui n’était pas prévue, ses précieuses amies ne seront pas les seules invitées. En effet, des hommes — les princes des contrées voisinesont également été conviés à participer à ce grand évènement. Bianca peut désormais se marier et il lui faudra vite trouver un époux. L’occasion était donc trop belle pour que le roi la laisse passer : pour lui, le temps des fiançailles est venu. Sa seconde épouse, Mellicta, une femme aussi magnifique que cruelle qui est loin de porter l’héroïne dans son cœur, est d’ailleurs du même avis. Mais un terrible drame va avoir lieu.. Rien ne sera jamais plus comme avant et le quotidien paisible de la princesse va être bouleversé. Dès lors, elle se retrouvera obligée de fuir sa propre demeure, sous peine de finir assassinée. Quelqu’un veut se débarrasser d’elle, mais qui ? Et pourquoi ?

Bianca est un personnage qui m’a laissée perplexe. Elle est gentille, forte, courageuse et déterminée, et elle atteindra le but qu’elle s’est fixé coûte que coûte. Un long périple l’attend et, pour mener sa quête à bien, elle voyagera à travers plusieurs royaumes (que nous pourrons aisément imaginer et visualiser grâce aux descriptions qu’elle en fait au fil des pages). Nous la suivrons et la verrons évoluer progressivement, grandir. Néanmoins, et ça me chagrine, j’ai eu beaucoup de mal à l’apprécier. Peut-être que c’était dû à ses manières, à sa façon de changer d’avis en un claquement de doigts, je ne sais pas trop. Toujours est-il que, par moments, elle m’a agacée. Ce qui est fortement dommage, puisqu’il s’agit quand même de l’héroïne ! Heureusement, d’autres m’ont plus touchée. Taïmoon, fils de cuisinière, a su me prouver mille et une fois qu’il était bien plus intéressant qu’elle. Le jeune homme, adorable et bon comme personne, m’a plu du début à la fin, et il m’a manquée avant même que je ne ferme définitivement le livre. Je savais que je m’approchais des dernières lignes mais rien à faire, je ne voulais pas le quitter ! En ce qui concerne le reste des protagonistes, vous l’avez compris, on retrouve certaines figures bien connues de notre enfance. Ou plutôt, nous faisons face à des personnages qui peuvent nous faire penser à eux. Parmi lesquels la Belle et la Bête, Aurore et son prince, la petite Sirène, Cendrillon et sa pantoufle de vair, Peau d’Âne et ses robes somptueuses, Marraine la bonne fée, ainsi que la Reine / Sorcière et sa pomme empoisonnée. Que de souvenirs ! Ici ils ne portent pas les mêmes noms, et pourtant, on arrive à deviner facilement qui tient tel ou tel rôle. C’était tout simplement fantastique.

Cette lecture n’a pas été un coup de cœur mais globalement, je l’ai appréciée. La plume de l’autrice était agréable à découvrir, les pages défilaient vite, et les chapitres apportaient une petite touche en plus. En effet, ils sont au nombre de sept et ont pour titres les péchés capitaux ! Nous avons donc la colère, la paresse, l’orgueil, la luxure, l’envie, l’avarice et la gourmandise. L’idée était originale et j’ai bien accroché ! Aussi, je tiens à dire que le récit ne se limite pas au voyage entrepris par Bianca. Non, c’est bien plus profond que ça. Cette histoire aborde des sujets importants : la place de la femme par rapport à l’homme, la répartition des richesses, la pauvreté et la faim du peuple, le pouvoir de l’un au détriment de l’autre.. On parle également de l’environnement puisque, dans ce monde, vivent des fées, des bucentaures, des sirènes, des licornes, des dragons, des nymphes, et tant d’autres créatures magiques encore. C’était fascinant. Quant à la fin, disons qu’elle est prévisible. Ce qui, en soi, n’est pas dérangeant.

Dernier point et pas des moindres : je ne m’y attendais pas du tout mais dans le livre, il y a des illustrations ! Elles sont splendides et rendent l’ouvrage encore plus beau. Merci à l’autrice, Pascale Leconte, pour l’envoi de ce livre et pour la confiance qui m’a été accordée.

Œuvre écrite par : Pascale Leconte.

Nombre de pages : 192 | Éditeur : Be Light | Ma note : 3,5/5.

Date de sortie : 11 septembre 2017 | Prix : 6,95 €

________________________________________

Connaissez-vous cette œuvre ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ? Dans le cas contraire, êtes-vous intéressés ?

vous aimerez peut-être

Pas de commentaire

Laisser un commentaire