Lectures

L’anti-magicien, tome 1

29 janvier 2020

« Quand tu connaîtras le vaste monde autour de ta ville natale, hors de ces murailles entre lesquelles tu as grandi, tu te rendras compte qu’on ne sait presque jamais si on fait ce qu’il faut. Une action courageuse et sincère peut mener à une guerre et à l’anéantissement. Un acte lâche et intéressé peut conduire à la paix et à la prospérité. » Extrait du livre, page 232.

RÉSUMÉ | Kelen, seize ans, est l’héritier d’une des grandes familles qui se disputent le trône de la cité. Il prépare son premier duel pour devenir mage. Mais ses pouvoirs ont disparu. Il doit ruser.. ou tricher, quitte à risquer l’exil, voire pire. Ses seuls soutiens : deux acolytes explosifs. Furia, la vagabonde imprévisible, et Rakis, un chacureuil féroce et acerbe.

MON AVIS | Voilà déjà un long moment que ce premier tome est sorti. Pour tout dire, le quatrième est disponible depuis environ cinq mois ! Comme d’habitude, je découvre les phénomènes littéraires qui ont pas mal circulé sur bookstagram bien après tout le monde et je suis grave à la ramasse. Mais qu’importe, puisqu’au final je me les procure quand même. Certains. Surtout quand ils ont une couverture qui claque comme celle-là. Bref.

L’anti-magicien nous raconte l’histoire de Kelen, un jeune garçon qui vit au sein d’un peuple bien particulier divisé en deux clans. Il y a les Jan’Tep, des êtres qui peuvent maîtriser la magie sous différentes formes (par exemple le fer, la braise, la soie, le sang, le sable et le souffle) et les Sha’Tep, les autres, ceux qui n’en sont pas capables et qui sont traités comme des esclaves à cause de cela. Ses seize ans approchent, l’heure fatidique aussi, il n’a donc plus le choix : il va devoir passer différentes épreuves afin de prouver qu’il est le digne héritier de son père, le puissant Ke’heops, et qu’il n’est pas la honte de sa maisonnée. Peut-il battre un adversaire ? Peut-il protéger sa famille de tous les dangers ? S’il veut se voir attribuer un nom de mage un jour, il va lui falloir montrer son talent.. qu’il n’a pas. En effet, ses pouvoirs, faibles de base, ne cessent de décroître et de perdre en intensité. Avant, ils étaient instables ; maintenant, ils commencent à disparaître. Si Kelen ne trouve pas rapidement une solution, il sera condamné à abandonner sa vie actuelle pour servir celle de quelqu’un d’autre, car plus tu as de magie, plus tu peut t’élever dans la société, et moins tu en as, moins on te respecte. Heureusement, il est aussi intelligent que rusé, ce qui va pouvoir l’aider à se tirer de certaines situations compliquées. Oui, mais est-ce que sera suffisant à chaque fois ?

Kelen est un personnage original et haut en couleurs que j’ai fortement apprécié. Il est futé, plein de ressources, débrouillard, ingénieux, et malgré l’épouvantable situation dans laquelle il s’est mis, il garde la tête haute et refuse de se laisser abattre. Mieux que ça, il a un humour et un sarcasme à toute épreuve ! Quant aux remarques qu’il arrive parfois à balancer, franchement, quel culot, j’adore. C’est un genre d’anti-héros terriblement attachant qui ne mérite pas ce qui lui arrive. À de nombreuses reprises, j’ai eu envie de le serrer fort dans mes bras et de le consoler, de lui dire que tout allait s’arranger.. Mais il n’est pas le seul à m’avoir touchée et d’autres m’ont assez plu. Je pense notamment à Furia Perfex qui, à la différence de Kelen qui attire les ennuis, les cherche volontiers. Ce qui était, également, tordant. Elle dégage un charisme fou et ne se laisse pas marcher sur les pieds, malgré le fait que tous la voient d’un œil mauvais. Elle a de la répartie, elle n’a pas la langue dans sa poche, elle dit ce qu’elle pense sans filtres, elle a un sacré caractère, elle sait parfaitement se défendre, et elle est badass. Rakis, quant à lui, représente la dernière pierre qui manquait à l’édifice. Je vais taire les circonstances de son apparition dans le récit, mais croyez-moi, vous n’êtes pas prêts. Il est tout simplement génial et sa présence ajoute un je ne sais trop quoi (de positif) au récit. En dehors de ce trio explosif, nous avons une ribambelle de protagonistes secondaires. Shalla et Bene’maat, respectivement la petite sœur et la mère du héros ; Nephenia, la fille de ses rêves ; Panahsi, son ami ; Abydos, son oncle ; Tennat, un crétin fini qui le hait ; Osia’phest, un maître ; etc. 

Je ne savais pas trop à quoi m’attendre puisque j’ai vu passer pas mal de coups de cœur sur la blogosphère, ce qui m’a mis un peu la pression. Mais au fil des pages, je me suis rendu compte que je réussissais à anticiper certains « rebondissements » et à deviner une bonne partie des révélations. Pas beaucoup de surprises, donc. C’était terriblement frustrant et je m’attendais à beaucoup mieux. Certains parlaient aussi d’un univers riche et complexe (je suis d’accord) qui était difficile à comprendre (pas d’accord). Aurais-je loupé quelque chose ? Concrètement, c’était intéressant et malgré la première moitié du roman que j’ai trouvée interminable et bourrée de longueurs inutiles, la seconde partie m’a plus intriguée. Les chapitres défilaient à une vitesse folle et le rythme était prenant. Je suis curieuse de voir la suite des (més)aventures de Kelen ! Affaire à suivre..

Œuvre écrite par : Sébastien De Castell.

Nombre de pages : 464 | Éditeur : Gallimard Jeunesse | Ma note : 3,75/5.

Date de sortie : 26 avril 2018 | Prix : 18 €

________________________________________

Connaissez-vous cette œuvre ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ? Dans le cas contraire, êtes-vous intéressés ?

vous aimerez peut-être

2 Commentaires

  • Reply Audrey 30 janvier 2020 at 8 h 37 min

    Coucou Jessica
    Celui ci fait aussi parti de ma PAL (moi aussi je suis grave à la ramasse). J’espère que les longueurs du début ne me rebuteront pas dans ma lecture ! Merci de ton avis 🙂
    Des bisous
    Audrey
    https://pausecafeavecaudrey.fr

    • Reply Jessica 30 janvier 2020 at 10 h 07 min

      Hello ! Dans tous les cas, même si tu as un peu de mal avec les longueurs (ce que je ne te souhaite pas), l’univers vaut le détour !
      Passe une bonne journée. 🙂

    Laisser un commentaire