Lectures

La trilogie de l’héritage, tome 1 | Aerida

28 août 2019

« Mon nom est Aerida, et je suis la princesse héritière d’Albion. On plaça dans ma naissance les espoirs d’un monde en paix, d’un monde sans guerre. On vit en moi le symbole du renouveau de mon peuple qui avait tant souffert. » Extrait du livre, page 2.

RÉSUMÉ | On pourrait croire qu’Aerida, princesse héritière du royaume d’Albion, née à la fin d’une guerre terrible, est une jeune fille trop gâtée, intéressée de belles robes et de bijoux. Mais son destin est d’honorer son royaume en épousant l’homme choisi par sa famille. La raison et l’esprit de responsabilités n’auront de cesse de combattre son tempérament rebelle et révolté. Derrière la jolie poupée aux cheveux de platine et aux yeux d’ambre se cacherait-il l’esprit d’une guerrière ? Pourquoi le ténébreux Keann, venu du royaume d’Hispania, l’attire-t-il comme s’ils étaient aussi complémentaires que le soleil et la lune ? Il faudra découvrir la légende de Kementari pour répondre à ces questions..

MON AVIS | Depuis de nombreuses années, les royaumes d’Albion et d’Hispania se vouent une haine sans limites. Fut un temps, une guerre a éclaté. Mais même maintenant, alors que ce tragique épisode est terminé, des tensions règnent et la confiance n’est pas permise. Aerida, fille aînée du couple royal et héritière d’Albion, est une princesse pas comme les autres. Âgée de seize ans tout juste, c’est une jeune demoiselle curieuse et pleine de vie, attachante et drôle, entière et vraie. Elle porte de somptueuses robes, de magnifiques bijoux. Elle a Dalias, son propre garde du corps ; Oswald, son propre prétendant ; Dame Helen, sa propre gouvernante ; Kira, sa propre chambrière. Et pour autant, sa vie de palace ne l’a pas rendue égoïste ou capricieuse. Elle sait qu’elle est chanceuse et que beaucoup aimeraient être à sa place. Seulement voilà, elle a l’esprit ailleurs. Notre héroïne rêve d’explorer le monde qui s’étend au delà des frontières de son château. Malheureusement, des responsabilités dues à son rang l’incombent. En effet, son prochain anniversaire approche, ce qui signifie qu’elle sera bientôt en âge de se faire courtiser. Car c’est là tout le problème : elle doit se trouver un époux. Et son père, le roi, a déjà réfléchi à la question. Son choix s’est d’ailleurs tourné vers le fils du capitaine de la garde, ce dernier étant un ami. Mais le garçon n’intéresse pas du tout Aerida, qui le trouve arrogant malgré son charme et sa beauté indéniables. Sa condescendance gâche tout son potentiel. L’avenir de notre protagoniste est finalement tout tracé, et rien n’est censé la dévier du chemin qu’on lui impose de prendre. Jusqu’au jour où un Hispanien, ennemi du royaume, est retrouvé en ville. Notre jeune princesse, intriguée, va alors tenter bien des choses pour se rapprocher de lui.

Concernant les personnages, il y a d’abord Aerida (logique) dont j’ai déjà chanté les louanges dans le paragraphe précédent. J’ajouterai également que c’est une héroïne moderne au tempérament rebelle qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. Elle est pleine de surprises et saura forcément vous charmer grâce à sa répartie et son franc-parler. Moïra, sa sœur cadette, n’est pas en reste. Futée, intelligente, mignonne comme tout, cette jeune adolescente de quatorze ans est une véritable demoiselle en devenir. Je l’ai trouvée adorable. Vient ensuite Keann, le mystérieux et ténébreux Hispanien / Albionain au passé trouble. Difficile à cerner, à comprendre, il ne dévoile pas grand-chose de lui, reste en retrait, et surtout, cache bien des choses à ceux qui l’entourent. Malgré cette ombre qui plane autour de lui, je l’ai adoré. Dalias, quant à lui, tient un rôle important dans le récit. On le voit assez souvent aux côtés de l’héroïne (normal c’est son rôle), et j’ai pris plaisir à découvrir au fur et à mesure la relation qui les lie. Ils se lancent souvent des piques (voire des hérissons), chacun réplique face à l’autre, il n’y a pas de gêne, et pourtant, ils s’aiment profondément. Les autres personnages sont intéressants, à leur façon, et tous ont un rôle plus ou moins important à jouer.

Ce roman était incroyable. Divers éléments fantastiques venaient s’ajouter par-ci par-là et l’histoire, originale, tenait la route. Elle m’a tenue en haleine jusqu’à la toute fin. L’autrice, qui a écrit cette œuvre alors qu’elle n’était âgée que de treize ans, n’a rien à envier aux grands de la littérature fantasy. C’était riche, fascinant, entraînant. Les pages défilaient à une vitesse folle, et je n’ai pas vu le dernier chapitre arriver. Entre complots, intrigues, guerres, royauté, rebondissements, révélations, action et romance, Justine Pinto nous offre là un cocktail explosif. Son imagination est débordante et j’ai été heureuse de voir ce qu’elle était capable de mettre par écrit. L’ambiance du livre, le rythme du récit, la plume de l’autrice, l’histoire en elle-même, les divers protagonistes, tout m’a plu. La fin, frustrante, ne laisse d’ailleurs aucune place au doute : il me faut la suite de cette trilogie. Il m’a juste manqué un petit je ne sais quoi pour arriver au coup de cœur.. Quoi qu’il en soit, je remercie chaleureusement Justine Pinto pour m’avoir permis de découvrir cette œuvre incroyable, et pour m’avoir fait confiance. 

Nombre de pages : 252 | Éditeur : Jumaca Éditions | Ma note : 4,25/5.

Date de sortie : 19.01.2019 | Prix : 17 €

________________________________________

Connaissez-vous cette œuvre ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ? Dans le cas contraire, êtes-vous intéressés ?

vous aimerez peut-être

Pas de commentaire

Laisser un commentaire