Coups de cœur Lectures

La passe-miroir, tome 3 | la mémoire de Babel

15 novembre 2019

« Cet espace était le reflet même de son état intérieur. Ni enfant ni adulte, ni fille ni femme, elle était restée coincée à la charnière de sa vie. Elle avait attendu de Thorn des mots et des gestes qu’elle n’avait jamais eus pour lui. À aucun moment elle n’avait dit « nous ». À aucun moment elle n’avait fait un pas vers lui. À aucun moment elle ne s’était mise à nu. La vérité, la seule vérité, c’est qu’elle avait été lâche. (…) Elle se sentit mourir. Elle allait enfin pouvoir revivre. » Extrait du livre, page 394.

RÉSUMÉ | Deux ans et sept mois qu’Ophélie se morfond sur son arche d’Anima. Aujourd’hui, il lui faut agir, explorer ce qu’elle a appris à la lecture du Livre de Farouk et les bribes d’informations divulguées par Dieu. Sous une fausse identité, Ophélie rejoint Babel, arche cosmopolite et joyau de modernité. Ses talents de liseuse suffiront-ils à déjouer les pièges d’adversaires toujours plus redoutables ? A-t-elle la moindre chance de retrouver la trace de Thorn ?

MON AVIS | Le quatrième et dernier tome de la Passe-Miroir sortira dans quelques jours. Pour l’occasion, j’ai voulu relire les deux premiers opus et enchaîner avec celui-ci, qui était toujours dans ma pile à lire. Et, comme d’habitude, le charme et la magie ont opéré. Christelle Dabos nous entraîne une nouvelle fois dans les aventures d’Ophélie, ce petit bout de femme qui ne cesse de grandir et de nous impressionner. Ici, nous la retrouvons sur son arche d’Anima, là où tout a commencé. Suite au drame qui s’est passé dans les disparus du Clairdelune, notre héroïne a été rapatriée de force chez elle. Et depuis, les doyennes ainsi que la rapporteuse la surveillent sans cesse. Mais, pire encore, cela fait maintenant deux ans et sept mois que Thorn s’est volatilisé. Il n’a pas donné le moindre signe de vie et elle ne sait pas où il s’est enfui. Car c’est grâce à son pouvoir de passe-miroir — qu’il a pu obtenir suite à son mariage avec elle — qu’il a réussi à s’échapper de la prison où il était enfermé. Pendant tout ce temps, Ophélie a pu se poser, réfléchir et se remettre en question. Et la vérité est là : elle aime son mari. Seulement, comment pourrait-elle partir à sa recherche, sachant qu’elle est épiée et qu’un seul geste suspect sera répété à Dieu ? Ophélie est coincée et vit très mal sa situation actuelle. Elle n’a plus goût à rien et ses proches ne savent plus quoi faire pour l’aider. Néanmoins, tout va changer quand un personnage de son passé va refaire surface..

Je vous le dis tout de suite mais ce tome n’a absolument rien à envier aux autres. L’autrice a réussi à créer une troisième arche et tout ce qui va avec : un nouvel esprit de famille (même si, ici, ils sont deux), de nouveaux personnages, de nouveaux pouvoirs, un nouveau mode de vie, une nouvelle société, de nouvelles règles, de nouveaux rebondissements, de nouveaux problèmes.. Et croyez-moi, elle a fait ça avec brio ! Babel nous est présentée assez rapidement et le lecteur découvre un monde complexe, étrange. Je n’en dirais pas plus, de cette manière, vous pourrez être surpris comme je l’ai été. Cependant, j’ai beaucoup aimé cette arche, radicalement différente des autres que l’on connaît déjà. La vie n’y est pas facile mais bon sang, ce que c’était intéressant ! Un unique point ne change pas : le danger est partout.

Concernant les personnages nous retrouvons bien sûr Ophélie, qui a mûri. Elle est toujours aussi timide et maladroite mais on note malgré tout un changement d’attitude : elle s’affirme et se laisse moins marcher sur les pieds. Elle est attachante, touchante, réfléchie, courageuse, têtue, déterminée, fonceuse, pleine de surprises, et surtout, elle est prête à faire tout ce qui est en son pouvoir pour retrouver Thorn.. quitte à aller en territoire inconnu sans ses amis avec pour seules bagages son écharpe vivante, un sac, des biscuits, à boire, et des papiers d’identité qui indiquent qu’elle s’appelle Eulalie. Thorn, justement, n’apparaît pas beaucoup dans le récit. C’est dommage, mais nécessaire au bon déroulement de l’intrigue. Fort heureusement, d’autres personnages ont attiré mon attention. Nous avons Ambroise, dont les membres sont inversés ; Elizabeth, l’aspirante virtuose ; lady Septima, dont les intentions cachées sont douteuses ; Blasius, l’adorable commis ; Octavio, l’énigmatique prodige ; Pollux et Hélène, les deux esprits de famille ; le professeur Wolf, le grand traumatisé ; Mediana, celle qui est prête à tout pour devenir la numéro un ; Zen, qui peut changer la taille des objets ; et tant d’autres encore. Nous avons également quelques courts passages qui parlent de personnages que nous avons déjà eu l’occasion de rencontrer. Archibald, la tante Roseline, Renold, Gaëlle, Berenilde et Farouk, Victoire (leur fille).. En bref, l’autrice nous propose une ribambelle d’individus aux caractères vraiment différents. On en apprécie quelques-uns, pendant que d’autres nous sortent littéralement par les yeux. C’est ça qu’on aime !

Le début du roman est un peu lent et comporte des longueurs, néanmoins, cela permet à Christelle Dabos de poser les bases de son nouvel univers. Ophélie arrive dans un lieu où elle n’a jamais mis les pieds et on la suit alors qu’elle y fait ses premiers pas, ses premières découvertes, ses premières gaffes. C’était étonnant et dépaysant. À cela s’ajoutent une enquête, des recherches, des attaques, des agressions, des faux espoirs, des ennemis, voire même des alliés. Vous vous en doutez, la mémoire de Babel est pour moi une troisième claque, un troisième coup de cœur. C’était époustouflant et je n’ai à présent qu’une hâte : me procurer la tempête des échos.

Œuvre écrite par : Christelle Dabos.

Nombre de pages : 496 | Éditeur : Gallimard jeunesse | Ma note : 5/5 – coup de ♥

Date de sortie : 01.06.2017 | Prix : 18.00 €

________________________________________

Connaissez-vous cette œuvre ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ? Dans le cas contraire, êtes-vous intéressés ?

vous aimerez peut-être

Pas de commentaire

Laisser un commentaire