Lectures

La maison de la nuit, tome 9 | destinée

23 mai 2019

« J’ai appris très jeune que, parfois, le mal aime à se vanter, quand bien même il lui serait préférable de faire profil bas. Selon mon expérience, l’Obscurité ne se contente pas de combattre la Lumière, la force de l’amour, de la vérité et de la loyauté ; elle étale sa propre fierté, son arrogance et son avidité. Je n’ai encore jamais rencontré de brute qui ne pavoise pas, de voleur qui ne fanfaronne pas. Cela constitue leur faiblesse ; c’est pour ça qu’ils se font prendre. L’Obscurité pourrait accomplir bien plus, dans son œuvre destructrice, si elle se montrait plus.. modeste. » Extrait du livre, page 97.

RÉSUMÉ | Les forces de la Lumière et de l’Ombre sont entrées en collision dans leur Grande Guerre épique à la Maison de la nuit de Tulsa. Zoey est chez elle, à l’abri avec son guerrier protecteur, Stark, et se prépare à affronter Néféret de nouveau. Kalona, de son coté, a relâché Rephaïm qui, grâce à Nyx qui lui a donné une forme humaine, a enfin rejoint Lucie pour voir s’il peut vraiment marcher dans les traces de la déesse et échapper à l’emprise de son redoutable père. Mais Zoey est-elle vraiment en sécurité ? Sait-elle vraiment à qui elle peut faire confiance ? Et l’amour triomphera-t-il des épreuves des Ténèbres ?

MON AVIS | Dans ce neuvième tome – déjà – nos héros sont de retour à la maison de la nuit. Ils retournent en cours et leurs vies d’adolescents plus ou moins normaux reprennent. Pas sans risques cependant puisqu’à l’école, la situation est compliquée. Neferet veut prendre la place de Nyx tout en faisant croire à ceux qui l’entourent que la déesse a pardonné ses actes passés, Dragon ne se remet toujours pas de la mort de sa bien-aimée Anastasia parce qu’elle a été assassinée par un de ses élèves, les novices rouges reviennent sur le devant de la scène et sèment la zizanie partout où ils passent, bref, c’est un joyeux petit bazar. Mais tout n’est pas perdu pour Zoey, qui peut compter sur ses fidèles amis pour contrer les plans machiavéliques de celle qui leur en veut à tous et qui a un nouvel allié lié à l’Obscurité.

Au niveau des personnages, pour une fois, il y a beaucoup à dire. L’héroïne, qui avait arrêté de fantasmer sur tous les spécimens masculins, va se sentir étrangement attirée par un nouveau venu. Bah tiens, comme par hasard, les lubies de la demoiselle reprennent (soit). Stark, lui, m’agace de plus en plus. Possessif, jaloux, râleur, c’est un mec qui pique souvent des crises, s’énerve vite, et part au quart de tour. Rephaïm, en ce qui le concerne, a une jolie évolution : on suit ses premiers pas dans le monde des humains, un lieu qu’il ne connaît pas vraiment. Lucie, que je préfère à Zoey, m’a un peu déçue ici. Certes elle est gentille et intéressante à suivre, mais là, elle avait un côté (sur)protecteur vis-à-vis de son homme-oiseau qu’elle chérit tant. Ce que je peux comprendre puisque ça part d’une bonne intention, mais à la longue, elle va finir par l’étouffer. Nous avons aussi l’une des jumelles qui est mise en avant : Shaunee, qui jusque-là n’avait pas de vraie personnalité, va se détacher de son acolyte Erin et titiller l’intérêt du lecteur. Aphrodite, quant à elle, est toujours aussi fun et drôle, c’est un vrai plaisir de l’avoir dans le récit. Autre nouveauté et pas des moindres, l’histoire de Lenobia et de Travis, un humain fraîchement arrivé dans ses écuries. On a également une toute nouvelle novice qui se fait marquer en temps de crise (la pauvre, elle est mal tombée). Et pour finir, on nous sert un Kalona qui veut se repentir sur un plateau d’argent. Ah.

Globalement, j’ai trouvé que l’histoire avançait tout en traînant en longueur. Vous comprenez ? Je me demande régulièrement si les autrices savent où elles veulent nous mener et si elles veulent développer leur intrigue.. ou vendre le plus possible. Le scénario est toujours le même : Zoey déteste Neferet, Neferet déteste Zoey, aucune n’affronte l’autre directement, et bla-bla-bla. Certains détails donnent du peps à ce tome et apportent un petit truc en plus, tant mieux, et j’ai pris plaisir à suivre Aurox, personnage aussi étrange que perdu qui veut savoir qui il est, d’où il vient, et quelles sont ses réelles origines.

Conclusion : un neuvième opus plutôt moyen, un peu d’action dans les dernières pages, des personnages hauts en couleurs qui gagnent en maturité (hum, pas tous) et une fin que l’on sent approcher. Hallelujah.

Nombre de pages : xxx | Éditeur : Pocket Jeunesse | Ma note : 3,5/5.

Date de sortie : xx.xx.xxxx | Prix : 15,20 €

________________________________________

Connaissez-vous cette œuvre ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ? Dans le cas contraire, êtes-vous intéressés ?

________________________________________

Sélection divertissement sur Inspilia – vendredi 24 mai 2019.

vous aimerez peut-être

Pas de commentaire

Laisser un commentaire