Lectures

La maison de la nuit, tome 8 | libérée

30 mars 2019

« À l’échelle de l’immortalité, Neferet n’est immortelle que depuis une seconde. Je le suis depuis une période incommensurable. S’il y a une leçon que j’ai apprise pendant tout ce temps, c’est qu’il n’existe rien qui ne puisse être brisé. Rien. Ni le cœur le plus fort ni l’âme la plus pure – pas même le plus solide des serments. » Extrait du livre, page 83.

RÉSUMÉ | Enfin libre ! Zoey a trouvé refuge sur l’île de Skye, auprès de la reine Sgiach. Là-bas, elle semble en sécurité. Mais le danger n’est jamais loin : disculpée par le Conseil Supérieur, Neferet a repris sa fonction de Grande Prêtresse de la Maison de la Nuit. Déçue par Kalona, elle invoque les Ténèbres… et décide de se venger elle-même de Zoey. Si elle ne peut pas la tuer, pourquoi ne pas s’en prendre à l’un de ses proches ?

MON AVIS | Il est toujours aussi aisé de plonger tête la première dans cette saga, et ce, peu importe le tome. J’en suis actuellement à ma relecture du huitième volume, et suivre les aventures de ces jeunes novices / vampires / humains et autres créatures est encore plaisant. De plus, le texte est fluide, simple, les plumes des autrices sont fichtrement efficaces, et on ne voit ni le temps passer, ni les pages défiler. Pour une saga aussi longue (et ce n’est pas fini puisqu’il m’en reste quatre, sans compter les hors-série), je trouve ça plutôt pas mal.

Dans « libérée », les événements vont prendre une bien étrange tournure. Zoey et Stark, revenus de l’au-delà, sont à bout de forces. Pour essayer de se remettre de leurs blessures, pour se reposer un peu, et pour digérer la mort de Heath, ils vont prendre la décision de rester un peu plus longtemps que prévu sur l’île de Skye. Fatiguée rien qu’à l’idée de retourner à la maison de la nuit pour affronter les problèmes qui l’y attendent, notre héroïne va se résoudre à ralentir le rythme et prendre du temps pour elle, mais aussi pour son nouveau compagnon, devenu son consort. Après tout, ce ne sont encore que de jeunes adolescents.. De leur côté, Aphrodite et Darius vont regagner leurs vies pas du tout tranquilles et se rendre à Tulsa, où leurs amis les attendent désespérément, puisque Neferet est de retour.

Neferet, d’ailleurs, est de plus en plus diabolique, assoiffée de pouvoir, et, disons-le franchement, atteinte. Elle se sent intouchable, invulnérable, c’est limite si elle n’a pas l’impression d’avoir la puissance divine et des ailes qui lui poussent dans le dos, vous voyez le genre ? Kalona l’immortel va en subir les frais dès son retour dans le monde normal : il sera sous son emprise. Concernant Lucie et Rephaïm, le duo improbable qui fait des étincelles et qui mène une double vie, je dois dire qu’il me plait assez. Les passages sur leur histoire m’intéressent bien plus que ceux qui se focalisent sur Zoey (même si elle est soft et qu’elle se jette sur une seule personne ici).

Concrètement, le huitième tome de la saga ne nous apporte pas grand-chose de plus, à nous lecteurs. L’histoire avance d’un iota, c’est tout, et on passe notre temps à stagner. Ce n’est pas du tout mauvais, je dis juste que c’est plat : nuance. Il y a moins de confrontations, plus de morts, et la fin donne envie de se procurer la suite. Mais en dehors de ceci, rien de nouveau sous le soleil.

Nombre de pages : xxx | Éditeur : Pocket Jeunesse | Ma note : 3,5/5.

Date de sortie : xx.xx.xxxx | Prix : 15,20 €

________________________________________

Connaissez-vous cette œuvre ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ? Dans le cas contraire, êtes-vous intéressés ?

vous aimerez peut-être

Pas de commentaire

Laisser un commentaire