Lectures

La maison de la nuit, tome 11 | révélée

22 novembre 2019

« Le temps de la faiblesse et des luttes intestines est terminé. Désormais, les violences perpétrées contre notre école seront vengées. Notre Déesse est miséricordieuse, mais également juste, et tous ceux qui s’attaqueront à elle s’exposeront à son courroux légitime. Que ceci vous serve d’avertissement, et de promesse : ceux qui me soutiendront et qui soutiendront la Déesse seront protégés. Ceux qui s’élèveront contre nous seront punis. Maison de la Nuit de Tulsa, fais ton choix ! » Extrait du livre, page 276.

RÉSUMÉ | Mortellement blessée, Neferet est plus dangereuse que jamais. À cette menace s’ajoute celle de Dallas contre Zoey et ses amis. Et lorsqu’un meurtre ébranle Tulsa, c’est la Maison de la Nuit que tous montrent du doigt. Zoey sera-t-elle capable de protéger les siens, ou un autre devra-t-il se dresser à sa place ?

MON AVIS | C’est à se demander si les autrices ne se fichent pas de leurs lecteurs et ne cherchent pas à se faire de l’argent, encore de l’argent, et toujours plus d’argent. On en est au onzième tome, rien que ça, le prochain sera le dernier, et comme depuis un long moment déjà, on tourne en rond. C’est déroutant et désespérant. Au bout d’un moment, c’est ancré dans nos têtes, on comprend que Zoey est ses copains = le bien, tandis que Neferet = le mal incarné. Mais bon sang, faites bouger les choses au lieu de continuellement nous rabâcher la même rengaine. Finalement, révélée est un tome passerelle qui ne sert pas à grand-chose. On se pose des questions depuis belle lurette et elles n’ont toujours pas de réponses, ça stagne, ça n’avance pas, c’est long. En fait, j’ai envie de dire que c’est barbant.

À la fin du tome précédent, dont vous pouvez retrouver mon avis en cliquant juste ici, Neferet avait kidnappé la grand-mère de Zoey avec l’intention de lui faire du mal, voire de la tuer. Heureusement, la jeune fille et ses amis, accompagnés de Kalona l’immortel et Aurox, ont réussi à la libérer et à neutraliser — temporairement — la Tsi Sgili. Son corps, brisé, s’est métamorphosé en une multitudes d’araignées toutes plus répugnantes les unes que les autres. Et c’est sous cette même forme que nous la retrouvons, ici, dans cet avant-dernier opus, alors qu’un évènement nocturne a lieu à la maison de la nuit et que des humains y sont conviés. Mais, comme à chaque fois, elle sèmera la mort sur son passage..

En ce qui concerne les personnages, je ne sais pas trop quoi dire. Zoey, par exemple, est exactement comme d’habitude niveau relations amoureuses. Disons les choses telles qu’elles sont : c’est une trainée. Toujours en train d’alterner entre deux hommes voire plus, c’est une indécise qui trouve toujours des excuses. Pire encore, il y a un passage dans le roman où elle dit, je cite : « je ne peux pas sortir avec deux garçons en même temps, j’en suis incapable ». Sérieusement, quoi. Actuellement elle est en couple avec quelqu’un de fidèle qui n’a d’yeux que pour elle, qui passe son temps à la protéger, à prendre soin d’elle, à la chérir, à la vénérer, à l’admirer, à l’aduler. Et elle, elle se permet de le tromper pendant qu’il dort et de garder le secret parce que, s’il l’apprend, ce « crétin jaloux » (c’est elle qui l’affirme) pèterait les plombs. Un peu normal, non ? Décidément, je ne comprends pas pourquoi les autrices ont fait une héroïne comme ça. C’est répugnant. Aussi, et comme si sa façon d’être n’était pas assez détestable, elle s’est mise à changer de comportement. Elle s’énerve (il était temps, vu sa vie pourrie) sauf qu’elle aurait pu (dû ?) le faire il y a un moment. Du coup, on a l’impression que ça sonne faux et que ça ne colle pas avec sa personnalité. Elle s’enflamme d’un coup, comme ça, et passe ses nerfs sur tout le monde. Le grain de semoule en trop sur le couscous, moi j’vous l’dis. Stark, quant à lui, n’est pas en reste. Il m’a gonflée un nombre incalculable de fois à cause de sa possessivité, mais si on réfléchit bien, on peut le comprendre. Surtout quand on est en couple avec une personne aussi volage. Neferet, elle, est en arrière-plan. Elle se cache, reprend des forces, cherche une solution. Et, en attendant, on nous fournit des chapitres sur son passé. Sa vie humaine, sa vie de novice, sa vie de vampire, sa vie de grande prêtresse. C’était aussi intéressant qu’inutile. Pourquoi avoir abordé le sujet ici sachant qu’un hors série entier lui est dédié ? Serait-ce pour combler les vides et ajouter du texte ? Les autres protagonistes, eux, sont un peu en retrait. J’aime beaucoup Aphrodite, qui ne cesse de gagner en maturité, et le couple qu’elle forme avec Darius. Eux au moins sont sincères l’un envers l’autre. Lucie et Rephaïm, comme d’habitude, m’ont touchée. Nous avons aussi Shaunee et Erin, Damien, Shaylin (♥), Nicole, Kalona, Thanatos, Aurox / Heath (♥), Dallas, etc.

Sortez les violons : Zoey réussit encore une fois à se faire passer pour une victime. Et quand ce n’est pas le cas, soit elle enchaîne les « moi je moi je », soit elle prend les autres de haut — « je suis une grande prêtresse gneugneu » — et donne des ordres. J’ai hâte de finir cette saga qui m’a coûté une blinde et dont je vois enfin le bout. Plus qu’un tome. En espérant que la fin soit époustouflante et redresse le niveau. On nous fait poireauter depuis belle lurette, on mérite un dernier tome qui pète des paillettes. Heureusement, révélée a des points positifs. Les personnages secondaires sont géniaux, les derniers chapitres sont surprenants, et ils laissent présager une suite à la hauteur. Je crois. J’espère. 

Œuvre écrite par : P. C. et Kristin Cast.

Nombre de pages : 384 | Éditeur : Pocket Jeunesse | Ma note : 3,5/5.

Date de sortie : 04.09.2014 | Prix : 15,20 €

________________________________________

Connaissez-vous cette œuvre ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ? Dans le cas contraire, êtes-vous intéressés ?

vous aimerez peut-être

Pas de commentaire

Laisser un commentaire