Lectures

La maison de la nuit, tome 10 | cachée

13 octobre 2019

« Je crois au pouvoir de l’amour. Je crois que l’on peut choisir la lumière plutôt que l’obscurité, le bonheur plutôt que le haine, la confiance plutôt que le doute. » Extrait du livre, page 64.

RÉSUMÉ | Zoey a obtenu ce qu’elle souhaitait : les intentions démoniaques de Neferet sont démasquées et le Conseil n’est plus de son côté. Mais Zoey est loin d’avoir terminé sa lutte contre le chaos qui règne dans le monde des Vampires. D’autant que Neferet prépare une vengeance terrifiante. La tension est à son comble et même les amitiés les plus solides sont menacées. Le groupe d’amis de Zoey pourra-t-il rester uni et contrer l’avancée des Ténèbres avant qu’il ne soit trop tard ?

MON AVIS | Neferet, qui s’est alliée aux véritables ténèbres il y a peu, est désormais au sommet de sa toute puissance : en effet, elle est devenue immortelle. Machiavélique, démoniaque, diabolique, c’est une sorcière qui ne craint rien ni personne. Mais son dernier plan – qui consistait à tuer Rephaïm, l’homme oiseau et fils préféré de Kalona – a échoué et a été déjoué par Zoey et toute sa bande. Pire encore, ses réelles intentions ont été dénoncées au Conseil. Ce n’est donc qu’une question de temps avant qu’elle ne se fasse écarter et bannir du monde de la nuit.. Avant que cela n’arrive, elle va semer la zizanie une dernière fois en quittant l’école – non sans causer un autre drame – et en rejoignant les humains. En particulier Charles LaFont, maire de la ville de Tulsa et père d’Aphrodite, prophétesse de Nyx. De l’autre côté, celui des gentils, nous retrouvons notre héroïne, Zoey, qui fait une nouvelle fois face à diverses catastrophes. Le chaos règne toujours, les vampires rouges sont bien installés à la maison de la nuit, des morts sont encore à déplorer, aucune personne compétente ne veut se bouger pour arrêter son ennemie, et elle est troublée par ce que sa pierre de prophète lui a révélé sur Aurox, la machine à tuer de Neferet. Pourquoi Heath, son amour d’enfance, lui est-il apparu ? En gros, comme à chaque tome quasiment, c’est le début de la fin du monde.

Dans ce dixième opus on a enclenché la seconde puisque Neferet n’est plus vue comme une déesse proche de Nyx. Au contraire, les anciens savent maintenant que son consort n’est autre que l’infâme et dangereux taureau blanc. L’ancienne grande prêtresse modifie donc son plan d’attaque mais le but reste le même : diviser pour mieux régner. Et quoi de mieux pour atteindre cette petite garce de Zoey que de s’en prendre à ceux qu’elle aime le plus ? Notre jeune vampire, quant à elle, essaie de garder ses troupes unies. Pas facile quand une personne de la bande décide de changer de camp, qu’une nouvelle venue parle des auras de chacun l’air de rien, et qu’un ennemi tente de se faire pardonner pour les actes qu’il a commis.

Je vous le donne en mille mais Zoey est toujours aussi insupportable. Le monde tourne autour d’elle, elle se lamente dès qu’un truc ne va pas, ses amis passent leur temps à la consoler, elle s’appuie beaucoup trop sur eux et ne gère pas grand-chose, bref, quand je me dis que ça ne peut pas être pire les autrices m’envoient un uppercut en pleine tronche pour me rappeler que j’ai tort. Lucie, que j’aime énormément, est moins mise en avant dans ce tome, tout comme Rephaïm. Leur duo me manque ! Pour pallier à ça, on apprend à (re)découvrir d’autres protagonistes. Les jumelles ne sont plus et on voit leurs vraies personnalités quand elles sont séparées. Si Erin a retourné sa veste et s’est comportée comme une garce, Shaunee, elle, est bien plus douce, sensible, gentille. Aphrodite, en ce qui la concerne, est fidèle à elle-même : adorable avec Darius et peste avec ceux qui l’entourent. Mais mon coup de cœur va droit vers Shaylin, qui apparaît plus souvent, ainsi que vers Aurox, qui tente désespérément de comprendre qui il est. Je trouve ça insupportable qu’ils ne se fasse pas vraiment accepter. L’une possède un certain talent que les autres voient comme du voyeurisme, l’autre est un pantin qui n’est pas responsable de ses agissements passés. C’est dommage, ils ne méritent pas d’être détestés.

La plume à quatre mains est fluide et comme d’habitude, les pages défilent sans que l’on ne s’en rende compte. Il ne se passe rien d’extraordinaire et ça peut parfois manquer de rythme mais c’est entraînant malgré tout. J’ai lu dix tomes sur douze, ce qui signifie que je vois enfin le bout du tunnel. J’ai hâte de clore cette saga, qui me suit depuis un long moment déjà.

Nombre de pages : 384 | Éditeur : Pocket Jeunesse | Ma note : 3,5/5.

Date de sortie : 06.03.2014 | Prix : 15,20 €

________________________________________

Connaissez-vous cette œuvre ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ? Dans le cas contraire, êtes-vous intéressés ?

vous aimerez peut-être

Pas de commentaire

Laisser un commentaire