Lectures

La faucheuse, tome 2 | thunderhead

25 mars 2020

« Nous sommes tous vaniteux, lui avait dit une fois Marie. Après tout, nous avons été choisis parce que nous sommes les meilleurs, les plus brillants, les plus sages. Le mieux que nous puissions nous souhaiter, c’est d’être humbles dans notre arrogance. » Extrait du livre, page 373.

RÉSUMÉ | « Les humains apprennent de leurs erreurs. Moi pas. Je ne commets jamais d’erreur. » Le thunderhead, l’intelligence artificielle qui gouverne le monde, a interdiction de se mêler des affaires de la communauté des faucheurs. Il ne peut qu’observer.. et il n’aime pas ce qu’il voit.

MON AVIS | Dans le premier tome de la faucheuse — dont vous pouvez retrouver ma chronique par ici —, l’auteur, Neal Shusterman, nous présentait un monde futuriste et utopique dans lequel la mort n’a plus le même rôle qu’auparavant. Désormais, et à quelques exceptions près, les humains peuvent ressusciter et rajeunir autant de fois qu’ils le jugent nécessaire. Mais, pour garder un certain contrôle sur la population qui ne cesse de croître, un groupe a été formé : celui des faucheurs. Et ils sont les seuls à pouvoir ôter la vie de manière définitive. C’est dans cet univers fascinant et effrayant que deux adolescents ont été choisis, alors qu’ils ne le souhaitaient pas, pour être les apprentis d’une personnalité renommée.

Depuis, un an a passé et de nombreux évènements ont eu lieu. Citra Terranova, pour commencer, est bien loin de l’innocente jeune fille qu’elle était il y a encore quelques mois. Dorénavant, elle fait ses premiers pas en tant que faucheuse avec sa bague au doigt sous le pseudonyme de Dame Anastasia — en référence à la princesse maudite Romanov de Russie — et toujours aux côtés de son ancien mentor, Dame Curie. Elle apprend, elle s’implique, elle fait de son mieux, et surtout, elle utilise une méthode bien particulière pour glaner.. ce qui n’est pas au goût de toute la communauté. Pire encore, elle dit haut et fort sa façon de penser, quitte à bousculer les codes et se mettre à dos la moitié des faucheurs qui exercent depuis des décennies. Mais elle garde la tête haute, ce qui impressionne et force le respect par moments. D’un autre côté nous retrouvons Rowan Damisch, qui a pris un tout autre chemin et qui a changé d’identité suite au conclave d’hiver où il a été recalé. Pourtant, lui aussi porte la tenue typique des faucheurs et le bijou tant convoité, alors qu’il n’en a pas le droit. Peu lui importe, il a une mission à accomplir : celle de s’occuper personnellement des corrompus. Sa part sombre est grandement mise en avant et nous découvrons un homme froid et dur qui veut faire régner la justice, par ses propres moyens s’il le faut. C’est ainsi, nos héros ont changé et ne sont plus les mêmes. Ils ont évolué et j’ai pris plaisir à voir ce qu’ils étaient devenus depuis le début de leur apprentissage.  Ils sont différents et jamais plus ils ne regarderont en arrière. 

Le début du roman est assez calme : on retrouve nos personnages principaux et on découvre au fil des pages ce qu’ils sont devenus depuis la fin du tome précédent. Il y a quelques longueurs, c’est indéniable. Mais la suite de l’ouvrage remonte drastiquement le niveau. Si le premier tome était introductif, celui-ci est, au contraire, plus intense, bourré d’action, d’intrigues, de complots, de machinations en tous genres, de meurtres et de rebondissements. Mieux encore, on a de nouveaux points de vue, parmi lesquels celui du thunderhead — l’intelligence artificielle qui voit tout et qui sait tout —, rien que ça ! En effet, l’auteur nous place ses pensées entre deux chapitres, et j’ai trouvé cette partie terriblement passionnante. Autres personnages qui nous sont présentés : Greyson Tolliver — autrement appelé « Sycarius Bus » — (je l’ai aaadorééé) ; Tyler Salazar (toujours aussi pénible) ; Munira Atrushi (j’ai hâte de la retrouver dans le dernier tome) ; et Dame Ayn Rand (que j’apprécie de plus en plus). Concrètement, tous les faucheurs et non faucheurs qui participent ici sont intéressants à suivre ou à (re)découvrir.

Je mets les premier et deuxième tome sur un même pied d’égalité. Je leur ai trouvé des points forts, certaines choses m’ont subjuguée, d’autres m’ont ennuyée, mais dans l’ensemble, je les ai autant appréciés l’un que l’autre. Je leur ai même attribué la même note. De plus, les deux fins sont extraordinaires et donnent envie de se jeter sur la suite. Beaucoup l’ont sûrement déjà dit, donc mon avis risque de se noyer dans la masse, mais cette saga vaut le coup.

Œuvre écrite par : Neal Shusterman.

Nombre de pages : 576 | Éditeur : Robert Laffont dans la Collection R | Ma note : 3,5/5.

Date de sortie : 15 mars 2018 | Prix : 19,50 €

________________________________________

Connaissez-vous cette œuvre ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ? Dans le cas contraire, êtes-vous intéressés ?

vous aimerez peut-être

Pas de commentaire

Laisser un commentaire