Lectures

Killing November, tome 1

26 janvier 2020

« Je suis admirative. Ash avait raison. Ici, on analyse l’histoire plus qu’on ne l’apprend. On étudie la façon dont un domino a fait basculer le suivant, et on se sert de ce savoir pour prédire de futurs événements. Au fond, cela ressemble un peu à la façon dont il dissèque les expressions de mon visage. » Extrait du livre, page 199.

RÉSUMÉ | Absconditi est une académie secrète et ultra-élitiste réservée aux enfants des Clans, un ordre tentaculaire qui manipule dans l’ombre les destinées du monde. Cours d’empoisonnement, lancer de couteaux, vols en tout genre.. les élèves sont formés aux métiers d’assassin, d’espion, d’escroc. C’est un endroit cruel où les amis sont rares et dangereux : chaque année, des pensionnaires y meurent dans d’étranges circonstances.

November Adley ignore pour quelle obscure raison son père l’a placée là, tant elle semble inadaptée à cet environnement. Elle devra pourtant s’y faire, et vite. Pour survivre, il lui faudra fouiller dans son passé et trouver sa place sur l’échiquier des Clans..

MON AVIS | Dès l’instant où j’ai vu les éditions Pocket Jeunesse parler de ce livre sur les réseaux sociaux, l’évidence s’est imposée à moi : il me le fallait absolument. Comme d’habitude, ils ont bien vendu leur future parution et le résumé ainsi que la première de couverture m’ont tout de suite intriguée. Concrètement, c’était foutu d’avance pour ma pauvre carte bleue qui n’avait rien demandé. Vous vous en doutez, je me suis procuré ce bel ouvrage peu de temps après sa sortie. Pourquoi attendre ? Néanmoins, j’ai été frustrée deux jours, le temps de finir ma lecture en cours et d’en préparer la chronique sur le blog. Mais croyez-moi, quand cette étape s’est terminée, je me suis jeté sur Killing November illico presto.

Cette histoire est celle de November Adley, une adolescente âgée de dix-sept ans qui vit avec son père, Christopher, dans la petite ville de Pembrook. Mais son quotidien paisible et tranquille sera chamboulé dès l’instant où il lui annoncera qu’il l’envoie dans un pensionnat bien particulier et que, désormais, elle étudiera à l’académie Absconditi. Une fois sur place, elle se rendra compte que le lieu dans lequel elle a atterri n’a rien de normal. Elle ne doit parler de sa vie personnelle (son nom de famille, ses origines, l’identité de ses proches, l’endroit d’où elle vient..) à personne ; elle ne doit quitter l’enceinte de l’établissement sous aucun prétexte ; il y a des cours d’empoisonnement, de lancer de couteaux, et des leçons de dissimulation ; si un élève en agresse un autre, ce dernier a le droit l’obligation de se venger ; il est impossible de contacter sa famille ; et de temps en temps, il se produit d’étranges « accidents », des « pertes », et des jeunes disparaissent. Instantanément, notre héroïne va se demander ce qu’elle fait là et pourquoi son père a fait en sorte qu’elle soit admise ici, en cours d’année, alors qu’en général, on intègre l’académie à quinze ans (rarement à seize). Si November est déroutée au point de se poser mille et une questions, elle va devoir faire avec et s’intégrer comme elle le peut. D’autant que sa vie est menacée et que quelqu’un lui en veut au point de vouloir l’éliminer. Pourquoi certains élèves la prennent de haut, voire la haïssent, alors qu’elle ne les a jamais rencontrés ? Pourquoi ont-ils l’air d’en savoir plus sur sa vie qu’elle-même ? Qu’à cela ne tienne, la jeune femme est bien décidée à éclaircir ces points, quitte à se faire remarquer alors qu’elle est censée faire profil bas.

Avant de vous donner mon avis global sur cette œuvre, je vais vous parler de mon ressenti sur les protagonistes. Nous avons bien sûr November, qui a su se démarquer dès les premières pages et qui m’a plu du début à la fin. Elle a été envoyée dans la fosse aux lions et la situation la dépasse complètement. Malgré cela, elle garde la tête haute et essaie tant bien que mal de s’en sortir, tout en restant continuellement sur ses gardes puisque sa venue n’a pas l’air de plaire à tout le monde. C’est quelqu’un de courageux, de fort, d’intuitif et de têtu qui garde les idées claires, peu importe le moment. Elle est naïve, certes, mais dans un sens, cela peut être vu comme une qualité. Elle a aussi un humour tordant, ce qui a apporté une touche en plus au récit. Sinon, j’ai beaucoup aimé Layla, sa colocataire. Intelligente et studieuse, attachante et détachée, on remarque vite qu’elle est neutre et qu’elle ne se mêle pas aux autres. Son côté curieux vis-à-vis de l’ignorance de November va néanmoins ressortir et, je l’avoue, j’ai trouvé ça amusant. Ashai — autrement appelé « Ash » — m’a également charmée, même si sa facette de garçon aussi beau que mystérieux est vue et revue. Quant aux autres (Aarya, Nyx, Ines, Matteo, Felix, Charles, Brendan, le dr Conner, Pippa, les professeurs, la directrice..), ils ont tous un rôle à jouer, et c’était génial.

Je m’attendais à aimer ce roman, mais certainement pas à ce point. On a frôlé le coup de cœur, c’est dire ! L’intrigue était originale (malgré des points du dénouement prévisibles..), bien ficelée, les personnages bien travaillés, l’ambiance happante et sombre, le rythme fou.. Bref, je ne me suis pas ennuyée une seule seconde. Les pages défilaient toutes seules et j’ai vite été frustrée quand j’ai vu qu’il ne me restait plus grand-chose à lire. Et doublement frustrée quand j’ai appris qu’il y avait une suite (pas encore sortie en VO). L’idée m’a convaincue et, même si l’héroïne ne comprend rien à sa situation actuelle et que demeure une grande part de mystère, on fait comme elle et on cherche des indices par-ci par-là, au travers de ses rencontres comme de ses mésaventures. Une véritable enquête. Conclusion, une excellente découverte que je recommande sans hésiter !

Œuvre écrite par : Adriana Mather.

Nombre de pages : 448 | Éditeur : Pocket Jeunesse | Ma note : 4,75/5.

Date de sortie : 02 janvier 2020 | Prix : 17,90 €

________________________________________

Connaissez-vous cette œuvre ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ? Dans le cas contraire, êtes-vous intéressés ?

________________________________________

Une culture sur Blogs Campus – lundi 27 janvier 2020.

vous aimerez peut-être

4 Commentaires

  • Reply Only Laurie 27 janvier 2020 at 11 h 51 min

    Merci pour cette découverte 🙂 Habituellement, ce n’est pas mon genre de lecture mais j’avoue que je suis tentée !!
    Belle journée
    Laurie

    • Reply Jessica 27 janvier 2020 at 12 h 18 min

      J’espère que tu aimeras autant que moi, si jamais tu décides de te le procurer !
      Bonne journée également. 🙂

  • Reply Audrey 27 janvier 2020 at 18 h 14 min

    Coucou !
    Moi aussi j’ai eu envie de lire ce roman dès que la ME en a parlé (par contre pour moi ce n’est pas encore fait) du coup, ta chronique me donne encore plus envie !
    Bravo pour ta Une sur Blogs Campus !
    Des bisous
    Audrey
    https://pausecafeavecaudrey.fr

    • Reply Jessica 27 janvier 2020 at 19 h 41 min

      Oh là là, mais fonce, il est génial et il n’attend que toi !
      Merci beaucoup, je suis aussi contente que surprise ! Tu sais comment sont faites les sélections ?
      Passe une bonne soirée. 🙂

    Laisser un commentaire