Lectures

Interférences, tome 1 | cendres

27 novembre 2020

« Son regard brûlant m’hypnotise. Je me sens fiévreuse. J’ai tellement chaud que je pourrais me consumer, ici, au milieu de la foule. Si ça peut m’aider à en finir avec cette tension qui me noue l’estomac, alors je suis prête à terminer en cendres. » Extrait du livre, page 257.

RÉSUMÉ | Depuis qu’il a attrapé sa main dans les rues de Genesis, Sora n’a plus d’autre choix que de fuir la ville qui l’a sauvée de l’épidémie de VH2. Après avoir passé les onze dernières années en quarantaine au pensionnant Nord, elle qui souhaitait seulement être une personne saine et sûre pour ses congénères se retrouve dans une situation désespérée. James, pourchassé par Spectators, l’entraîne avec lui dans sa course tandis que les balles pleuvent sur eux.

Dans cette ville ultra surveillée et réglementée, mensonges, amour et technologie sont autant d’interférences dans sa nouvelle vie. Elle ne rêvait que de se faire une place parmi les siens, il vient de lui ouvrir les yeux. Parviendront-ils à atteindre leur but commun, sous l’œil de Spectators ?

MON AVIS | Nous sommes en 2059 et un virus a décimé la moitié de la population. Afin de contrôler l’épidémie, les enfants sont placés en quarantaine dans des pensionnats dès leurs cinq ans. Ils sont au nombre de quatre (nord, ouest, est et sud — du plus pauvre au plus riche) et on ne peut les quitter qu’après avoir été implanté d’une puce le jour où on atteint enfin la majorité. Cette dernière permet, en passant du vert au rouge grâce à sa diode électroluminescente, de savoir si on est contaminé ou non. Suite à cela, on nous informe de notre affectation. Autrement dit, du lieu où on va devoir travailler toute notre vie. Sora Lacie, qui est originaire d’une zone défavorisée, est destinée à finir dans une usine. Mais elle est douée et exceptionnellement, on va l’envoyer dans le petit centre. C’est une opportunité unique qui s’offre à elle, une chance ! Un jour, pourtant, ses convictions s’écrouleront suite à sa rencontre fortuite et mouvementée avec James, un jeune homme qui vient de l’extérieur. Dès lors, sa vie va prendre un tournant inattendu et elle va commencer à se poser des questions. Se pourrait-il que le gouvernement mente aux habitants de Genesis et profite de leur peur pour garder le contrôle ?

Quelle incroyable surprise. J’ai commencé à lire ce bouquin une nuit aux alentours de 01h du matin et après avoir dormi deux petites heures, je me suis réveillée et j’ai continué ma lecture au fond du lit, seulement éclairée par le flash/la lampe de mon téléphone. Tout ça parce que je n’arrivais pas à passer à autre chose, vous vous rendez compte ? Bref, vous l’avez compris, ce n’est qu’après être arrivée à la table des matières en fin d’ouvrage que j’ai pu décrocher. Avant, j’étais à fond les ballons. Bon, des longueurs se font ressentir de temps à autre, surtout pendant les entraînements (non, vous n’en saurez pas plus, je laisse planer un peu de suspense) mais je n’ai jamais eu l’impression de m’ennuyer. Le roman est merveilleusement bien équilibré entre les scènes d’action, de découverte, la romance et le reste. Vraiment, l’autrice a trouvé le parfait équilibre.

Parlons un peu des personnages. Sora, pour commencer, est notre héroïne, celle que l’on suit principalement. Évidemment, au début du récit, on découvre une jeune femme assez naïve qui est persuadée que les hauts placés font tout ce qui est en leur pouvoir pour protéger la population et que chacune de leurs décisions est bonne pour eux. Mais à partir du moment où une vérité pas forcément plaisante à entendre s’imposera à elle, elle ouvrira les yeux. Il faut la comprendre, après tout, elle ne connaît pas grand-chose de la vie et a été enfermée entre quatre murs pendant onze ans. À partir de là j’ai trouvé qu’elle évoluait et, petit à petit, gagnait en assurance. C’était plaisant. Je ne regrette qu’une chose : au bout d’un moment dans le récit, elle passe son temps à chercher un garçon bien précis et à demander aux autres s’ils ne l’ont pas vu. Pour ce qui est de James, ce n’est pas la même chose. Il est pour moi LA révélation de ce livre puisqu’il me fait penser à quelqu’un que je connais depuis toujours ou presque et qui m’est cher. Vraiment, quel hasard, je ne vais pas m’en remettre. Ce personnage prône de belles valeurs, il est courageux et veut faire bouger les choses. Aussi, il sait se montrer gentil, loyal, attachant et d’un autre côté il lui arrive d’être jaloux, têtu et froid. C’est simple, on ne sait pas toujours sur quel pied danser quand on est avec lui et sa façon d’être peut être dictée par son humeur du moment. Je ne le répéterai jamais assez mais j’ai eu un immense coup de cœur pour lui. Je pense même qu’il fait partie de mes protagonistes masculins favoris, tous genres confondus. Enfin, la plupart des autres qui interviennent dans le récit ne m’ont fait ni chaud ni froid. Seul l’un d’eux a réussi à sortir du lot. Je parle de Frederico — autrement appelé « Fred » —, qui apporte une touche d’humour bien venue.

J’ai été embarquée par cette histoire dès les premiers phrases. Aurore Payelle a une plume fluide et agréable qui capte immédiatement l’attention du lecteur et le happe. Je n’ai pas vu les chapitres défiler tant j’étais captivée, c’est dire ! Quelques fautes de frappe/d’orthographe disséminées par-ci par-là m’ont gênée, rien de récurrent heureusement. Et vous avez vu cette couverture ? Non seulement elle est magnifique, mais en plus elle m’a aidée à visualiser les personnages. Je l’ai admirée un nombre incalculable de fois, j’en suis fan ! Conclusion, un univers dystopique riche, intéressant, haletant et cohérent que j’ai adoré découvrir et que je recommande chaudement aux amateurs du genre. Maintenant, il ne me reste qu’une chose à faire : attendre sagement la sortie du deuxième opus parce que j’ai besoin de savoir ce qui va arriver à Sora et James. Merci à l’autrice pour l’envoi de ce livre et pour la confiance qui m’a été accordée.

Œuvre écrite par : Aurore Payelle.

Nombre de pages : 460 | Éditeur : Auto-édité | Ma note : 4,25/5

Date de sortie : 10 juillet 2020 | Prix : 19,50 €

________________________________________

Connaissez-vous cette œuvre ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ? Dans le cas contraire, êtes-vous intéressés ?

vous aimerez peut-être

Pas de commentaire

Laisser un commentaire