Culture Lectures

Hazel Wood

8 octobre 2018

« J’étais déjà le genre de fillette qui tâtonnait, les yeux fermés, au fond des meubles, à la recherche de portes secrètes comme dans Narnia, ou qui faisait des vœux en regardant la deuxième étoile à droite au fond du ciel façon Peter Pan, chaque fois que la nuit le permettait. Alors découvrir un livre vert et or avec un titre de contes de fées, au fond d’une commode parfaitement banale, me mit dans tous mes états. » Extrait du livre, page 27.

madameratou-hazel-wood

RÉSUMÉ | Hazel Wood, la résidence légendaire d’Althea Proserpine, auteure des célèbres Contes de l’Hinterland. Hazel Wood, d’où semblent s’échapper des personnages inventés par Althea. Hazel Wood, où sa petite-fille, Alice, va devoir s’aventurer. Hazel Wood, dont personne ne revient jamais. Et si Hazel Wood était bien plus qu’un simple manoir ? Un leurre ? Une porte d’entrée sur un autre monde ? Et si Alice était bien plus qu’une simple New-Yorkaise ? Une princesse ? Une tueuse ? Il était une fois.. Hazel Wood.

MON AVIS | Alice Crewe est une jeune adolescente de dix-sept ans qui vit avec sa mère, Vanella. La malchance semble leur coller à la peau depuis toujours, ce qui fait qu’elles voyagent beaucoup et ne restent jamais au même endroit bien longtemps. Elles fuient quelque chose, et nous ne savons pas vraiment quoi. Mais Alice est également la petite-fille d’Althea Proserpine, une écrivaine à succès connue pour son recueil d’œuvres macabres, les Contes de l’Hinterland. À sa mort, nos deux vagabondes pensaient pouvoir reprendre une vie normale. La poisse qui les poursuivait semblait s’atténuer et elles commençaient doucement à se sentir libres. C’était sans compter sur un tragique événement qui va, une nouvelle fois, s’abattre sur elles. En effet, Ella va subitement disparaître et tous les indices mèneront notre héroïne à Hazel Wood, la lugubre demeure de son aïeule dont elle a l’interdiction formelle de s’approcher. Dès lors, tout va s’enchaîner.

Si l’histoire en elle-même m’a fascinée da la première jusqu’à la dernière ligne, j’ai eu, en revanche, du mal avec le personnage principal. À aucun moment je n’ai réussi à m’y attacher. C’est une gamine agaçante, antipathique, colérique et détestable qui m’a énervée à de nombreuses reprises. Fort heureusement, son camarade de classe et acolyte m’a plus touchée : j’ai nommé, Ellery Oliver Djan-Nelson-Abrams-Finch (rien que son nom, quoi). Malheureusement, on ne le voit pas assez à mon goût. Même s’il occupe déjà une bonne partie du bouquin, j’aurais préféré qu’il ait un rôle plus important. Oui il est assez présent au début, mais non, je n’ai pas accroché avec la seconde moitié du récit, où il sert uniquement de décoration. C’est injuste.

Dévorée en quelques heures seulement, cette histoire creepy a réussi à me faire frissonner. L’auteure nous dépeint là un univers envoûtant et onirique, merveilleusement bien travaillé, dans lequel une ambiance pesante nous tient en haleine jusqu’à la toute fin. C’est une lecture pour le moins inquiétante qui s’est faite hors du temps, mais que je recommanderais sans hésiter à celles et ceux qui aiment les mondes obscurs de ce genre.

Nombre de pages : 384 | Éditeur : Milan | Ma note : 3,75/5.

Date de sortie : 25.04.2018 | Prix : 17,90 €

________________________________________

Connaissez-vous cette œuvre ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ? Dans le cas contraire, êtes-vous intéressés ?

vous aimerez peut-être

Pas de commentaire

Laisser un commentaire