Lectures

Grisha, tome 2 | le dragon de glace

17 juin 2020

« Ma vie se composerait à présent d’allégeance et non d’amour, de fidélité plutôt que d’amitié. Je soupèserais chaque décision, réfléchirais avant chaque action, et ne me fierais à personne. Une vie à observer à distance. » Extrait du livre, page 356.

RÉSUMÉ | Pourchassée par les hommes du Darkling, et hantée par le souvenir des vies qu’elle a prises dans le Shadow Fold, Aline s’adapte difficilement à sa nouvelle vie loin de Ravka, malgré la présence et l’amour de Mal. Personne ne doit savoir qu’elle est l’Invocatrice de lumière.. pourtant Alina ne peut échapper bien longtemps à son passé et à sa destinée. Rapidement débusqués par le Darkling, fort de nouveaux pouvoirs terrifiants, Mal et Alina sont retenus en otages sur le navire d’un mystérieux corsaire.

Le Darkling charge Mal de traquer une nouvelle créature magique : le dragon de glace. S’il se retrouvait en possession des pouvoirs du dragon et de ceux d’Alina, alors plus rien n’empêcherait le Darkling de mettre son terrible dessein à exécution.. et de détruire Ravka.

MON AVIS | J’en ai parlé plus en détails dans une chronique que j’ai partagée sur le blog le mercredi 22 avril (vous pouvez d’ailleurs la retrouver grâce à ce lien si cela vous intéresse) mais le premier tome de la saga écrite par Leigh Bardugo m’a laissée dubitative. Les réseaux sociaux sont à peu près unanimes : grisha prend aux tripes et il ne faut surtout pas passer à côté du phénomène. Ces commentaires, que j’ai vus durant de nombreux mois, m’ont amenée à avoir de grosses attentes et malheureusement, elles n’ont pas été comblées. Néanmoins, j’ai senti quelque chose, un je ne sais quoi d’intriguant qui avait ce qu’il fallait pour me donner envie de continuer. En fait, j’ai senti du potentiel. Rapidement — et surtout, pour ne pas le laisser prendre la poussière sur une étagère —, j’ai sauté sur le deuxième opus. Je vous donne mon avis sans plus tarder.

Après les évènements traumatisants qui se sont déroulés au cœur du Shadow Fold — la nappe de ténèbres qui abrite des créatures monstrueuses et dévoreuses de chair humaine —, Alina Starkov (l’héroïne) et Malyen Oretsev (son actuel petit ami qui a décidé de poser les yeux sur elle quand il a commencé à avoir de la concurrence) ont réussi à échapper aux griffes du Darkling et à quitter Ravka. Affaiblis, terrorisés, et bien décidés à gagner du temps, ils vont faire le choix de se cacher un moment pour éviter la fureur de celui qui les poursuit sans relâche. Leur errance va les mener droit à Cofton, une ville à l’ouest des côtes de Novyi Zem, mais leur répit sera de courte durée et ils seront vite retrouvés par leur ennemi, plus puissant et dangereux que jamais. Ce dernier, qui a enfin montré son vrai visage, n’en a pas fini avec eux. Et comme si cette situation dramatique n’était pas suffisante, il a de nouveaux projets pour l’invocatrice de lumière..

Par où commencer ? Peut-être les personnages, tiens. Alina, bien entendu, est la girouette l’élément central de l’histoire. On remarque une nette évolution par rapport au tome précédent et elle se prend en main dès le début de cette suite. Malheureusement, j’ai eu l’impression de lire l’histoire d’une femme qui a tellement gagné en assurance qu’elle en vient à se montrer hautaine envers ceux qui l’entourent, l’aiment et la soutiennent (je sais que le pouvoir qu’exerce le collier sur elle n’y est pas pour rien mais quand même). En plus, elle ne dégage aucun charisme et passe son temps à penser à plusieurs hommes ou à se lamenter : c’est insupportable. J’ai souvent eu envie de la claquer, vous vous rendez compte ? Mal, quant à lui, est toujours aussi inutile. Il a un don pour retrouver des choses bien précises, il est talentueux à certains moments, d’accord. Et en dehors de ça, que fait-il ? Honnêtement, je trouve que l’autrice aurait pu le développer un peu plus parce que là, je me demande encore quel est son rôle. Vient ensuite Sturmhond, un pirate corsaire haut en couleurs qui m’a charmée (pas autant que je l’espérais mais c’est toujours ça de pris). Mature, intelligent, attachant, sarcastique, loyal, imprévisible.. On peut dire qu’il mérite mon affection. En ce qui concerne le Darkling, je suis déçue. J’ai a-do-ré ce personnage quand je l’ai découvert, néanmoins, ici, il est invisible. Ses apparitions se comptent sur les doigts d’une main ! C’est un personnage capital, du coup je pensais le voir plus souvent. Erreur de jugeote et frustration. Les nouveaux venus ainsi que les rôles secondaires (il faut bien les citer à un moment) ne m’ont fait ni chaud ni froid (voilà c’est fait).

Je suis déçue. Pour moi, le dragon de glace n’est qu’un tome de transition, une passerelle entre le début et la fin de l’aventure, un opus qui n’apporte rien de neuf à l’intrigue. On me l’a vendu comme une suite bourrée d’action mais j’ai passé mon temps à m’ennuyer et à attendre qu’il se passe quelque chose. Ou plutôt, j’ai croisé très fort les doigts pour avoir autre chose qu’une idylle ratée entre nos héros. Et mes prières n’ont pas été entendues. On est face à une relation tellement peu crédible que pour moi ce n’était pas naturel, voire forcé. Alina et Malyen enchaînent les crises de jalousie et boudent encore et encore sans jamais se parler franchement. Je n’ai pas acheté ce bouquin pour découvrir une « romance » et c’est ce que l’on m’a servi. Si j’avais su, je me serais tourné vers autre chose. Finalement, vous enlevez le corsaire et le Darkling et pour moi, ce livre est un flop complet, un désastre.

Œuvre écrite par : Leigh Bardugo.

Nombre de pages : 448 | Éditeur : Milan | Ma note : 3/5.

Date de sortie : 20 juin 2018 | Prix : 16,90 €

________________________________________

Connaissez-vous cette œuvre ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ? Dans le cas contraire, êtes-vous intéressés ?

vous aimerez peut-être

Pas de commentaire

Laisser un commentaire