Lectures

Forestelle, tome 2 | Preciosie

18 septembre 2019

« Nous laisser faire reviendrait à de la lâcheté, à une passivité que nous regretterons lorsqu’il sera trop tard. Essayons d’utiliser la parole dans un premier temps, avant le recours à d’autres moyens plus.. persuasifs. » Extrait du livre.

RÉSUMÉ | Deux ans après son départ de Forestelle, Coline ne sait pas si elle sera un jour en mesure d’y revenir. Mais lorsqu’elle reçoit une invitation de la part des plus hautes sphères du pouvoir de ce monde parallèle, sa mère finit par accepter de lui rendre le mantel dont elle a besoin pour retourner là-bas. Accompagnée d’Esteban, elle retrouve un monde qui n’est pas aussi accueillant que dans son souvenir. Des fanatiques hostiles aux Terriens seraient à l’origine de la disparition de la liante de Preciosie, cité aussi froide que les pierres précieuses qu’elle produit. Très vite, ils comprendront que dans l’ombre se trament de bien sinistres complots.

MON AVIS | Ce deuxième tome n’est pas dans la continuité du premier puisque nous reprenons le fil du récit deux ans après les évènements qui ont permis à nos trois héros de découvrir Forestelle, un univers parallèle à leur chère planète. Ce temps écoulé a rendu Coline Mertelle triste, morose. En effet, elle s’ennuie et ne rêve que d’une chose : retourner à la Cité Verte. Sauf que sa mère, rongée par le doute et l’angoisse, ne l’entend pas de cette oreille. Jusqu’à ce que Paul Lefèvre, un liant qui voyage beaucoup, arrive sur Terre. Cette fois-ci, il est venu droit de Cyssadhée pour prévenir la bande que Oan Vunon les invite, Coline et Esteban, aux Prairies Fleuries. Peut-être souhaite-t-il léguer un certain objet magique à un certain garçon ? Mais ce n’est pas tout, puisque la Cour des Justes souhaiterait les rencontrer officiellement. L’anniversaire de notre adolescente approche, ses quinze ans et sa révélation – un rituel de grande importance – également et Karenn va finalement lui rendre son mantel, tout en se demandant si c’est une bonne idée. Malheureusement, une fois sur place, les deux jeunes vont déchanter et réaliser que la vie dans ce monde qu’ils idéalisaient a bien changé depuis leur dernier passage. Anaïs Carnoud, une liante, serait même retenue prisonnière par des fanatiques d’Adhémar, appelés ici les Fervents. Ils sont donc en danger.

J’ai pris plaisir à découvrir cette suite, soyez-en sûrs ! J’ai adoré replonger dans l’univers de Forestelle avec toute la bande à mes côtés. C’était juste génial. Ce deuxième tome est plus sombre, plus approfondi, plus détaillé, plus riche que le précédent. Ils sont dans la même lignée, je leur ai attribué la même note, mais ils n’en restent pas moins aussi différents l’un de l’autre. La faune et la flore sont toujours aussi bien décrites, le rythme est soutenu, il y a pas mal d’action, d’aventures, de rebondissements, de situations imprévisibles, de drames, de dangers, de trahisons, de révélations et bien entendu, de magie. C’est un périple incroyable qui attend les lecteurs !

Nous nous retrouvons encore une fois face à un roman dit « choral » (à plusieurs voix, si vous préférez). L’histoire nous est racontée sous quatre différents points de vue, puisque nous suivons principalement quatre personnes, mais ce ne sont pas les mêmes que dans le premier opus. Nous avons toujours Coline Mertelle, Esteban Bracot et Isarn Caspi, seulement, la maman prête à affronter tous les dangers n’est plus de la partie. Elle est remplacée par Jehanne Torin, l’apprentie Enchanteresse de dix-sept ans qui fait sa formation auprès de Dame Odeline dans l’arbral sacré. On en apprend plus sur elle, sur son rôle à venir, sur son quotidien, sur ses sentiments, sur sa façon d’être (même si on en a eu un vague aperçu précédemment), et c’était passionnant. Coline, également, a bien mûri en deux ans et on voit comment elle a évolué. C’est toujours quelqu’un d’attentionné qui veut aider tout le monde et cette fois, elle est plus réfléchie. Un peu. Mais ce n’est pas tout, puisque nous avons également Elvide et Roscelin Rastaingue, Brunehaut et Gisla, Sebelia et son fils Airy, Arissia, Martin, Adalard, Ysgud, une bande de brigands sans scrupules, et tant d’autres encore. Quoi qu’il en soit, revenir dans cet univers magique auprès de tout ce beau monde m’a fait passer un excellent moment. On en retrouve quelques-uns, on en découvre d’autres, et chacun était intéressant, gentil ou méchant, à sa façon. Cette diversité apporte une richesse non négligeable au récit.

Aline Maurice nous propose là une suite à la hauteur de son premier tome. Les derniers chapitres étaient prenants et, même si l’histoire ne se finit pas par un cliffhanger de malade, on a envie de plonger dans la suite. Le troisième et dernier volume me fait déjà envie et en attendant sa sortie, prévue en 2020 si je ne me trompe pas, je vais devoir me procurer les versions papier de la Cité Verte (ma chronique se trouve par ici) et de Preciosie. Je remercie Au Loup Éditions pour m’avoir permis de découvrir cette œuvre incroyable, et pour m’avoir fait confiance. 

Nombre de pages : 528 | Éditeur : Au Loup Éditions | Ma note : 4,25/5.

Date de sortie : 23.04.2019 | Prix : 18,50 €

________________________________________

Connaissez-vous cette œuvre ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ? Dans le cas contraire, êtes-vous intéressés ?

vous aimerez peut-être

Pas de commentaire

Laisser un commentaire