Lectures

Entre chiens et loups, tome 4 | le retour de l’aube

12 août 2020

« Je voulais qu’elle sache qu’avec elle, j’étais en même temps moi et un autre. Que mon esprit était plein de crevasses, de recoins, de fissures et qu’elle occupait chacun de ces espaces. Je voulais lui dire à quoi elle ressemblait quand elle était en colère contre moi. Lui décrire la manière qu’elle avait de baisser la tête avant de me jeter un regard noir. La manière qu’elle avait de redresser le menton avant d’éclater de rire. Une vie entière de souvenirs et une éternité d’avenir à remplir. » Extrait du livre, page 144.

RÉSUMÉ | Tobey est amoureux de Callie. Fou amoureux. Pour son anniversaire, il veut lui offrir un cadeau digne d’elle, un cadeau de valeur. Alors il va accepter le pire : effectuer une livraison pour le gang de McAuley. En échange d’un peu d’argent. Un peu d’argent qui le conduira directement en enfer..

MON AVIS | Je tiens à signaler ce fait dès le début de ma chronique qui va suivre mais vous devez savoir une chose : ce quatrième tome n’a rien à voir avec les opus précédents. J’entends par là qu’il ne touche pas les thématiques que l’on a pu rencontrer précédemment. On parle toujours de racisme, de ségrégation et de haine de l’autre, cependant, ces points ont été mis en arrière-plan. À tel point qu’ils servent de plantes d’intérieur. Aussi, les injustices entre primas et nihils ne sont pas franchement abordées. À la place nous avons droit à des gangs rivaux, de la drogue, des activités illégales voire dangereuses, de la contrebande, de la corruption, des règlements de comptes et des guerres de territoires (bizarre, d’ailleurs, que ces histoires de clans et de mafia n’aient jamais été mentionnées auparavant alors que ça se passe dans le quartier où vivent Perséphone Hadley, sa fille et Margaret McGrégor). Bref, comme vous pouvez le constater, nous sommes loin de l’intrigue de base. Je dirais même plus : le retour de l’aube est un hors série.

Dans le premier tiers du roman, le rythme est assez calme.. pour ne pas dire « lent ». Nous suivons Callie Rose ainsi que son voisin et ami d’enfance, Tobias — autrement appelé « Tobey » — Durbridge, et ça s’arrête là. En fait, il ne se passe quasiment rien. Ils s’aiment mutuellement et se cherchent mais aucun n’ose avouer à l’autre ce qu’il ressent au plus profond de son être. Jusqu’à ce qu’un évènement bien précis ne les frappe de plein fouet et chamboule leurs vies pour toujours. Dès lors, il y a un changement d’ambiance et le livre prend un virage radical. On ne suit plus que le jeune homme (ce qui, entre nous, n’est pas plus mal).

Tobey, Tobey, Tobey. J’ai tant de choses à dire à son sujet que je ne sais même pas par où commencer. Clairement, j’ai eu un immense coup de cœur pour son personnage. Je ne m’en suis pas vraiment rendu compte dans les premiers chapitres mais à partir du moment où il était tout seul sur le devant de la scène, j’ai surkiffé. Il dégageait tellement de charisme que c’en était presque étourdissant. Au début on suit un adolescent classique et sans histoire qui travaille dur, fait de son mieux et se donne les moyens de réussir dans la vie parce qu’il veut un bel avenir, et plus les pages défilent, plus la réalité nous saute aux yeux. Si on regarde bien, on voit qu’il n’y a pas que ça. Derrière son apparence de garçon calme et tranquille se cache une tempête prête à éclater. Alors, quand il arrive quelque chose à la fille qu’il aime, le barrage cède pour laisser place à une unique chose : l’idée d’une vengeance. Armé de son intelligence, de son audace et de son courage, il va faire un choix qui ne sera pas sans conséquences. À plusieurs reprises je me suis dit qu’il devait arrêter de prendre des risques inconsidérés et de jouer au plus malin face à des personnes tellement puissantes qu’elles pourraient le détruire en un claquement de doigts. Pourtant, il s’est donné un objectif et rien ne pourra l’en détourner. Pire, s’il quelqu’un ose se mettre en travers de son chemin ou s’il se retrouve dos au mur, il n’hésitera pas à se montrer cruel voire impitoyable. J’ai adoré suivre ses pensées, ses inquiétudes, ses interrogations, ses incertitudes, ses doutes. J’ai adoré voir les choix qui s’imposaient à lui, les décisions qu’il prenait, les paroles qu’il exprimait, les plans qu’il échafaudait. J’ai adoré voir son assurance grandir au fur et à mesure de l’avancée du récit. Quelle incroyable évolution, je n’en reviens pas. Il m’a retournée, il m’a touchée, et la fin m’a broyé les entrailles. J’ai eu beaucoup de peine pour lui. Dans un certain sens, il m’a fait penser à Callum.. Callie Rose, quant à elle, n’est rien de plus qu’une fille pénible. Elle s’imagine des choses, reste campée sur ses positions et ne laisse jamais les autres s’expliquer. Une vraie gamine. Merci à l’autrice pour l’avoir laissée au placard sur les 2/3 de l’ouvrage ! McAuley, sinon, est arrogant, narcissique et sûr de lui. J’ai bien aimé les passages qui le concernaient, même si ça aurait pu être mieux. Pour ce qui est de la famille Dowd, de Dan, de Jessica et de Rebecca, je les ai trouvés intéressants mais sans plus. Ils n’ont pas été suffisamment travaillés et manquaient de profondeur. Perséphone, finalement, est une vaste blague. Elle a toujours eu un position capitale pour l’intrigue seulement, ici, un unique rôle lui a été attribué : celui de la mère protectrice qui défend sa progéniture et montre les crocs. Belle dégringolade. Dommage aussi que son choix (Sonny, Nathan ou aucun des deux, à vous de voir..) ne soit pas expliqué. On nous le balance comme ça au détour d’une phrase et basta.

À mon humble sens, ce tome est aussi bon (voire meilleur) que le premier mais dans un autre sens. Ils n’ont aucun point commun, l’autrice a pris un autre chemin et des personnages différents sont mis à l’honneur. On passe du duo Sephy / Callum au duo Callie Rose / Tobey, soit, la génération d’après, et c’était tellement chouette. La boucle est bouclée. Merci aux éditions Page Turners pour l’envoi de ce livre et pour la confiance qui m’a été accordée.

Œuvre écrite par : Malorie Blackman.

Nombre de pages : 448 | Éditeur : Milan | Ma note : x/5.

Date de sortie : 19 juillet 2012 | Prix : 13,50 €

________________________________________

Connaissez-vous cette œuvre ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ? Dans le cas contraire, êtes-vous intéressés ?

vous aimerez peut-être

Pas de commentaire

Laisser un commentaire