Lectures

Daevabad, tome 1 | la cité de laiton

23 juin 2021

« Elle se demanda si les corps des Daevas étaient constitués comme ceux des humains : pleins de sang et d’humeurs, un cœur battant et des poumons qui se gonflaient au rythme de la respiration. Peut-être n’étaient-ils faits que de fumée, et que leur apparence était une illusion. » Extrait du livre, page 71.

RÉSUMÉ | Dans les rues du Caire du XVIIIe siècle, Nahri est une jeune escroc aux talents inégalés : lecture de la main, exorcismes et un mystérieux don de guérison ; elle a fait des nobles ottomans sa cible principale dans le but de survivre. Un jour, pendant l’un de ses « coups », elle invoque accidentellement Dara, un mystérieux guerrier djinn, et elle va comprendre trop tard que même les stratagèmes les plus intelligents peuvent avoir des conséquences mortelles.

Forcés de fuir Le Caire, Dara et Nahri voyagent ensemble à travers des sables chauds et balayés par le vent, grouillants de créatures de feu et de rivières où dorment les mythiques Marids. Des ruines de métropoles humaines autrefois magnifiques aux montagnes où les oiseaux de proie ne sont pas ce qu’ils semblent, leur périple a pour destination Daevabad, la légendaire Cité de Laiton.

MON AVIS | Ce roman ne ressemble à aucun autre. Il est unique en son genre et j’ai adoré le découvrir. Mieux : je pense qu’il est devenu, en l’espace de quelques chapitres seulement, l’un de mes livres favoris. Dans cette histoire, l’autrice nous propose un voyage au cœur du Moyen-Orient du XVIIIème siècle. C’était immersif, riche en descriptions et en détails, et terriblement addictif. Pour ce qui est de la partie politique, avec ses enjeux et ses complots, elle était parfois difficile à suivre et à saisir, néanmoins, ça ne m’a pas gênée outre mesure. J’ai aimé cette œuvre, avec sa mythologie et sa culture — pour ne citer que ça.

Nahri est un personnage principal incroyable. Elle ne fait pas toujours les meilleurs choix mais c’est quelqu’un d’honnête (peut-être pas au début de l’ouvrage, vous même vous savez..), de volontaire, de farouche et d’indépendant. Elle sait ce qu’elle veut, elle est courageuse, intelligente et rusée, et bon sang, on a besoin de plus d’héroïnes de cette trempe. Dara, quant à lui, m’a plu autant qu’il m’a émue. On ne sait pas toujours sur quel pied danser quand il est dans les parages, pourtant, petit à petit, il se dévoile et on en apprend plus sur son compliqué passé qui ne cesse de le hanter. C’est un être torturé et mystérieux que j’ai pris plaisir à suivre. Dommage qu’il n’y ait pas de chapitres avec son point de vue.. Ali, pour finir, m’a laissée perplexe. J’ai eu un peu de mal à m’y attacher quand il a débarqué et j’ai trouvé certains passages le concernant assez mous. Toutefois, au bout d’un moment, j’ai fini par (plus ou moins) comprendre ce prince idéaliste — qui, je tiens à le souligner, est celui qui a le plus mûri/évolué. Je pense que l’autrice va lui faire prendre une direction intéressante dans le second opus..

Je l’admets, la première moitié de l’ouvrage comporte un sacré lot de longueurs. Mais bon, ça n’a rien de surprenant puisque nous avons des personnages qui voyagent et la mise en place d’une intrigue ainsi que d’un univers complexes — voire exigeants. En général, dans ce cas de figure, on a droit à pas mal de passages descriptifs, à pas mal d’informations sur l’univers, le système de magie, les différents peuples et la construction du monde. Au début, donc, j’ai rencontré un problème de rythme et j’ai eu du mal à tout saisir. Heureusement, au bout d’un moment, l’autrice a enclenché la seconde et on est passés à la vitesse supérieure. À partir de ce moment là, j’ai arrêté de me poser des questions et j’ai savouré ce que j’avais sous les yeux.

Grosso modo, la cité de laiton était une lecture surprenante et envoûtante, et j’ai eu du mal à la quitter. Il n’y a pas à dire : la fantasy est bien mon genre favori. Merci aux éditions De Saxus pour l’envoi de ce livre et pour la confiance qui m’a été accordée.

Œuvre écrite par : S. A. Chakraborty

Nombre de pages : 640 | Éditeur : De Saxus | Date de sortie : 29 avril 2021 | Prix : 19,90 €

________________________________________

Connaissez-vous cette œuvre ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ? Dans le cas contraire, êtes-vous intéressés ?

vous aimerez peut-être

Pas de commentaire

Laisser un commentaire